MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 25 avril

Choisi ton camp... Et pratique le hors piste

  

Une plateforme de tri des migrants

Ce camp humanitaire sera en vérité une plateforme de tri des migrants, « Ce camp est un palliatif à la rue, et surtout pas un hébergement de moyen terme », nous dit Mme Versini, adjointe à la Maire de Paris en charge des Solidarités. Les courts séjours ne pouvant excéder 10 jours « juste le temps pour chacun de se reposer et d’être orienté vers un dispositif correspondant à sa situation ». Les capacités d’accueil de ce premier camp sont de 400 hommes isolés, un second devrait ouvrir pour les femmes et les publics vulnérables.

Quel rôle pour le travail social ?

L'association Emmaüs Solidarité gérera ce camp. Si l'embauche de 100 professionnels est annoncée, la chasse aux bénévoles est également ouverte... Le travail social est un métier, les bonnes volontés et bons sentiments ne font pas nécessairement le bon accompagnement. Quant aux professionnels recrutés, quelle sera leur mission exacte ? Seront-ils chargés de trier le bon réfugié du mauvais migrant économique ? Et si, du fait de l'embolisation du système de l'hébergement d'urgence (que nous dénonçons depuis des années) aucune solution n'est disponible après les 10 jours de séjour autorisés, les travailleurs sociaux devront-ils faire des ruptures « illégales » d'hébergement en « raccompagnant » les migrants à la rue ?

La solution n'est pas adaptée

La 'solution divinatoire' de la Mairie de Paris selon les mots de Dominique Versini n'est pas adaptée à la réalité de la situation des exilés en Ile de France : 400 places alors que plus de 3000 personnes dorment régulièrement sur les campements aux abords de Stalingrad et Jaurès... 5 à 10 jours pour orienter vers les dispositifs adaptés alors que les demandeurs d'asile ne peuvent déposer leur demande avant de nombreuses semaines (faits pour lesquels le préfet de Paris a été condamné 136 fois ces derniers mois !).

Pour Sud Santé Sociaux Paris, le travail social n'est pas le gant de velours de la main de fer de la police !

Nous réclamons l'application des lois existantes : accueil de toutes les personnes à la rue et continuité de la prise en charge. Nous revendiquons des moyens et des conditions de travail en conséquence pour les travailleurs sociaux afin de mettre en œuvre des conditions d’accueil dignes pour toutes et tous !

A Sud Santé Sociaux et avec notre Union Syndicale Solidaires revendiquons :

  • Des papiers et un logement pour toutes et tous (réquisition des logements et bureaux vides, baisse des loyers),
  • L’arrêt des opérations policières de chasse aux exiléEs,
  • L’harmonisation par le haut des politiques sociales au niveau européen,
  • La liberté de circulation, d’installation et l’élaboration d’une politique migratoire impliquant les syndicats, les organisations des droits de l’homme.

Politique du Chiffre

Du 01/08/2016 au 31/10/2016 à Jaurès/Stalingrad/La Chapelle

  • 28 rafles
  • 2 évacuations
  • 4 500 arrestations
  • 120 personnes en rétentions



           

Documents à télécharger

  Tract camp migrant paris - sud ssp - nov 2015

Rendez-vous

27 avril / 14h / à la Bourse du travail de Paris
Meeting « Pour la régularisation et la justice sociale en Europe »
Meeting organisé par la CISPM et la Marche des Solidarités avec la présence de représentant.es d’Allemagne, de Belgique, d’Espagne et d’Italie.
1er mai /
Journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur-euse-s !
Le 1er mai est une journée d’action et de mobilisation internationale pour les droits des travailleur-se-s, le progrès social, la paix et la solidarité. Dans la continuité des nombreuses luttes menées, il s’agit de poursuivre et amplifier les batailles pour que les urgences sociales et climatiques soient enfin prises en compte par le gouvernement et le patronat.
3 mai / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
9 mai /
Pour la fonction publique, amplifions la mobilisation !
Depuis de nombreux mois, en dépit de leurs revendications et propositions, elles constatent que le pouvoir exécutif poursuit une politique néfaste pour la population, pour les missions publiques et pour les agent-e-s.
11 mai / 9h30 / Bourse du Travail de Paris
Rencontre nationale contre la criminalisation des luttes
À l’initiative de : Comité Adama Traoré, ATTAC, Solidaires, Front de Mères, Collectif « Tous Migrants », Désarmons Les !, Confédération Paysanne, Réseau « Sortir du Nucléaire », des participant-e-s à la lutte de Bure, et d’autres...

Facebook


Twitter


Actualités

Pour une véritable solidarité dans les transports en Île-de-France
Condamné.es, Valérie Pécresse et Île-de-France Mobilités continuent de bafouer les droits des personnes bénéficiaires de l’aide médicale de l’État
Gouvernance du système de retraite à points : Barre de pilotage bloquée sur l’arrière
Solidaires a été reçue au Haut-Commissariat à la Réforme des Retraites qui, malgré un soubresaut sur l’âge de départ, continue de préciser la mise en place et le fonctionnement de leur système de retraite à points.
Minimum syndical
Des personnes syndiqué·es à Solidaires ; Trans, PD, Gouines, Bi·es, gay, lesbienne... nous parlent des discriminations et violences auxquelles iels font face au travail et des obstacles dans le syndicat pour changer les mentalités. Ils et Elles parlent aussi de leurs stratégies, leurs ripostes et des victoires de la commission Genres & Sexualités de Solidaires.
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières
Le Comité national de l’Union syndicale Solidaires réuni le 3 et le 4 avril dénonce et condamne fermement toutes les répressions et violences policières à l’encontre du mouvement social. Nous syndicalistes, combattons depuis plusieurs années des politiques qui vont à l’encontre des droits des salarié-es du privé comme de la fonction publique, du pouvoir d’achat, des conditions de travail, de la protection sociale et qui laissent sur le bord du chemin nombre de personnes dans la précarité, au nom de la productivité et d’un capitalisme qui compromet l’avenir de la société elle même.
Le report de l’âge de départ en retraite : vraie menace et faux semblants
Les déclarations gouvernementales, patronales, syndicales se multiplient sur le sujet, sans même parler du Haut Commissaire à la réforme des retraites lui même, qui s’est fendu d’une menace de démission si cet âge devait être reporté.