MENU
THÈMES    ⇒  Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestation Réflexions Retour sur ... Syndicalisme Travail    lundi 26 juin

CirCON’script et M@gistère : boycott !

  

CirCON’script et M@gistère : boycott !

Face à ce déni de notre droit à une formation professionnelle choisie, refusons de nous inscrire via CirCON’script et envoyons nos choix par papier à nos IEN ! Cette démarche permet également de choisir les animations pédagogiques que l’on souhaite sans avoir à se soucier des effectifs imposés par l’administration. Rappelons également qu’il n’y a pas d’animations pédagogiques obligatoires ( y compris pour les T1 et T2, sur le livret scolaire unique, pour tous les enseignant­e­s d’une circonscription en fonction d’un projet imposé par l’IEN ...).

Les enseignant­-e­s sont libres de s’inscrire aux animations pédagogiques de leur choix et l’administration n’a aucun moyen de les forcer à aller à une animation plutôt qu’à une autre (d’ailleurs malgré les pressions de certain­e­s IEN jamais personne n’a été sanctionnée).

Par ailleurs, depuis 2 ans les enseignant­e­s du premier degré se voient imposer une formation continue à distance via M@gistère pour un total de 9h sur le volume total des 18h d’animations pédagogiques.
Face aux énormes couacs, le CHSCT ministériel a reconnu l’an dernier que M@gistère n’était pas au point et qu’en aucun cas l’adminis­tration ne pouvait obliger un­e enseignant­e à suivre cette formation à distance.
Outre les problèmes techniques lors de la mise en place de cette plate­forme numérique, ce dispositif pose plein de questions car il isole les tra­vailleur­-ses. Les forums sont sous le contrôle de la hiérarchie. Il amplifie l’infantilisation en instaurant des tutorats sous l’égide de « formateur­ trices » volontaires ou contraints, « expert­ es » dans la thématique du parcours « choi­si ».

Il introduit et accentue l’usage d’un vocabulaire de management et d’entreprise qui n’a rien à voir avec la réalité d’un métier qui est avant tout orienté vers l’humain. Pire, ce système permet une surveillance des plus inquiétantes et pourrait à terme entrer dans notre évaluation professionnelle, car chaque intervention ou absence d’intervention sur la plate­forme est tracée.

Sud éducation Paris appelle tous les personnels à se réunir pour construire un rapport de force, lutter contre ces dispositifs de pseudo ­formation et agir pour une véritable formation continue librement choisie sut temps de travail.

Nous dénonçons le flicage numérique exercé, ainsi que l’absence d’une formation continue solide, sérieuse, voulue et conçue par les personnels eux-­elles­ mêmes.

Pour finir, nous rappelons que tou­te­s les enseignant­e­s peuvent défalquer des 18h d’animations pédago­giques 9h de participation à des Réunions d’Information Syndicale (RIS) quand celles-­ci ont lieu hors temps de présence des élèves. Pour cela il suffit d’en informer par écrit son IEN.
On peut même ne s’inscrire qu’à 9 d’animations pédagogiques en précisant que les 9 autres heures seront utilisées pour assister à des RIS.

Tract en PDF ici


Rendez-vous

26 juin / 20h30 / au cinema La Clef - 34 Rue Daubenton Paris
Film & Débat - Inspecteurs du Travail - Une rencontre de Jean-Pierre Bloc
Dans un monde du travail en plein bouleversement, les inspecteurs du travail sont aux avant-postes d’une guerre sourde mais intense. Qui sont-ils ? Que voient-ils ? En cette période de chômage massif, où le droit du travail est accusé de paralyser l’embauche, peuvent-ils encore agir ?
27 juin / 12h - 14h / Esplanade des Invalides
Rassemblement intersyndical Pas de code du travail sur ordonnance ! Mobilisons-nous contre les reculs sociaux
Intersyndicale régionale Ile de France Solidaires-FSU-CGT-FO-UNEF
27 juin / 19H / au bar Le Lieu-Dit 6 Rue Sorbier Paris
Le travail associatif est-il un « Boulot de merde ? »
La section ASSO Solidaires Ile-De France organise une soirée-débat avec Olivier Cyran
1er juillet / 10h30 / au 35 rue Heurtault Aubervilliers
Assemblée générale ouverte de l’Union local Solidaires Aubervilliers
Au programme : Présentation de l’Union Locale et de ses activités (cours de droit du travail, permanences, campagnes syndicale) Les services publics en Seine-Saint-Denis : éducation, transports, poste, hôpitaux, PMI, CAF… des services indispensables mais insuffisants. Présentation de la campagne syndicale à venir, et débat autour des luttes à mener. Les luttes de l’année : logement, éducation, code du travail...
7 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter

  

Actualités

20 ans d’Intersyndicales Femmes
En mars 2017, les intersyndicales femmes auront 20 ans. Créées à l’initiative de la CGT, de la FSU, du G10/Solidaires (et quelques syndicats de la CFDT à l’époque), ces journées qui se situent chaque année autour du 8 mars (Journée internationale de luttes pour les droits des femmes), sont un rendez-vous incontournable pour les militantes (et quelques militants) souhaitant faire coïncider leurs militantismes syndical et féministe.
Violences porte de la Chapelle - Le « Camp humanitaire » de Paris : un accueil à coups de lacrymo
Ce camp dit humanitaire, ouvert en novembre 2016 à l’initiative de la mairie de Paris et géré par Emmaüs solidarité, mis en avant comme vitrine de l’accueil des réfugiés cache une toute autre réalité.
On recommence bientôt !
Tout ça pour ça ! Plus de dix mois de cirque médiatique orchestré par nos professionnels de la politique (et celles et ceux qui aspirent à l’être) pour nous resservir les mêmes sujets que ceux contenus dans la loi travail de 2016.
Inspecteurs du travail, une rencontre
L’Union syndicale Solidaires s’est associée avec Mediapart pour la diffusion d’un web documentaire sur les services de l’inspection du travail écrit et réalisé par Jean-Pierre Bloc avec la participation de militant-es du syndicat Sud travail affaires sociales.
Quand le « syndicalisme rassemblé » divise la CGT
Il aura fallu attendre que la CFDT se purge progressivement de ses secteurs « gauches » pour que la CGT, dans le contexte de l’effondrement matériel et idéologique du bloc de l’Est, se tourne vers elle en adoptant, en 1995, le concept de « syndicalisme rassemblé ».