CirCON’script et M@gistère : boycott !


MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   jeudi 19 octobre

CirCON’script et M@gistère : boycott !

  

CirCON’script et M@gistère : boycott !

Face à ce déni de notre droit à une formation professionnelle choisie, refusons de nous inscrire via CirCON’script et envoyons nos choix par papier à nos IEN ! Cette démarche permet également de choisir les animations pédagogiques que l’on souhaite sans avoir à se soucier des effectifs imposés par l’administration. Rappelons également qu’il n’y a pas d’animations pédagogiques obligatoires ( y compris pour les T1 et T2, sur le livret scolaire unique, pour tous les enseignant­e­s d’une circonscription en fonction d’un projet imposé par l’IEN ...).

Les enseignant­-e­s sont libres de s’inscrire aux animations pédagogiques de leur choix et l’administration n’a aucun moyen de les forcer à aller à une animation plutôt qu’à une autre (d’ailleurs malgré les pressions de certain­e­s IEN jamais personne n’a été sanctionnée).

Par ailleurs, depuis 2 ans les enseignant­e­s du premier degré se voient imposer une formation continue à distance via M@gistère pour un total de 9h sur le volume total des 18h d’animations pédagogiques.
Face aux énormes couacs, le CHSCT ministériel a reconnu l’an dernier que M@gistère n’était pas au point et qu’en aucun cas l’adminis­tration ne pouvait obliger un­e enseignant­e à suivre cette formation à distance.
Outre les problèmes techniques lors de la mise en place de cette plate­forme numérique, ce dispositif pose plein de questions car il isole les tra­vailleur­-ses. Les forums sont sous le contrôle de la hiérarchie. Il amplifie l’infantilisation en instaurant des tutorats sous l’égide de « formateur­ trices » volontaires ou contraints, « expert­ es » dans la thématique du parcours « choi­si ».

Il introduit et accentue l’usage d’un vocabulaire de management et d’entreprise qui n’a rien à voir avec la réalité d’un métier qui est avant tout orienté vers l’humain. Pire, ce système permet une surveillance des plus inquiétantes et pourrait à terme entrer dans notre évaluation professionnelle, car chaque intervention ou absence d’intervention sur la plate­forme est tracée.

Sud éducation Paris appelle tous les personnels à se réunir pour construire un rapport de force, lutter contre ces dispositifs de pseudo ­formation et agir pour une véritable formation continue librement choisie sut temps de travail.

Nous dénonçons le flicage numérique exercé, ainsi que l’absence d’une formation continue solide, sérieuse, voulue et conçue par les personnels eux-­elles­ mêmes.

Pour finir, nous rappelons que tou­te­s les enseignant­e­s peuvent défalquer des 18h d’animations pédago­giques 9h de participation à des Réunions d’Information Syndicale (RIS) quand celles-­ci ont lieu hors temps de présence des élèves. Pour cela il suffit d’en informer par écrit son IEN.
On peut même ne s’inscrire qu’à 9 d’animations pédagogiques en précisant que les 9 autres heures seront utilisées pour assister à des RIS.

Tract en PDF ici


Rendez-vous

19 octobre / 14h / à Montparnasse
Mobilisation public/privé
Construire, unifier, amplifier !
3 novembre / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter

  

Actualités

Nous ne faisons pas partie de la cordée de Macron…
L’Union syndicale Solidaires a été reçue par le Premier ministre, la Ministre du travail et le Ministre de l’éducation ce mardi 17 octobre. Cela a été un moment pour affirmer notre exigence de retrait des ordonnances, d’abrogation de la loi El Khomri, mais aussi notre rejet des restrictions budgétaires qui touchent les services publics et exiger le maintien des contrats aidés, des APL et des fonds du logement social.
A Paris : 17 octobre 1961 - 17 octobre 2017 56ème Anniversaire
Vérité et Justice
APL : pas d’économies sur le dos des locataires !
Le gouvernement a annoncé son intention de retirer 5 euros par mois sur les allocations logements (APL-AL) par ménage à partir du 1er octobre, soit 400 millions d’euros par an. Ce e mesure est injuste car elle touche uniquement les plus modestes d’entre nous, celles et ceux qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois.
Pénicaud au Pré Catelan, le bois de Boulogne aux fainéants !
Les DRH des entreprises du CAC 40 invitent la ministre du travail. Des intellectuel-les, artistes et syndicalistes ont proposé dans une tribune publiée dans Médiapart de s’y inviter également en masse.
Fonction publique : mobilisé.e.s le mardi 10 octobre
Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique...