MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 16 juillet

Du salaire, pas des primes !

  

DU SALAIRE ! PAS DES PRIMES !

Pour certains collègues du second degré, l’émotion a été grande en cette rentrée… La prime de 500 euros, pour trois HSA et plus, avait disparu du paysage indemnitaire… Ô rage ! Ô désespoir ! Ô mon salaire ! Et bien non justement ! La prime, quelle qu’elle soit, pour toutes les catégories de personnels, ça n’est pas du salaire !

ET PIRE ! LA PRIME, ÇA DÉTRUIT DES EMPLOIS !
En incitant les enseignant-e-s à prendre des heures supplémentaires, cette prime de 500 euros aboutissait à la suppression de postes et à la déstabilisation des équipes pédagogiques. Depuis quelques années, l’heure supplémentaire est un levier puissant dans l’Éducation Nationale pour entériner la réduction du nombre de titulaires et pour contractualiser des personnels. Tout cela au détriment de la réduction du temps de travail et de réelles augmentations salariales…

LA PRIME, C’EST BIEN PEU DE CHOSES…
La prime est souvent présentée comme une amélioration du revenu, ce qui, factuellement, accessoirement et grossièrement est vrai… Mais c’est en fait bien peu de choses. Par exemple, l’ISAE, accordée aux enseignant-e-s du premier degré dans une logique purement électoraliste, représente une centaine d’euros par mois ; pas de quoi jubiler lorsqu’on sait que les rémunérations dans la fonction publique ont été gelées pendant des années… Sans compter que toucher une prime, ça n’est pas forcément ad vitam aeternam... Ainsi en va t-il de la sortie d’un établissement d’un réseau d’éducation prioritaire et de la prime afférente...

LA PRIME, C’EST INJUSTE !
Tout le monde ne bénéficie pas de primes et c’est bien du malheur… Le meilleur exemple concerne nos collègues AED qui officient dans les établissements REP et REP+ : Ils n’ont pas le droit aux primes liées à l’éducation prioritaire ! Que dire aussi des contractuels, des compléments de services ou des TZR qui peinent à faire valoir leurs droits à telle indemnité ou telle prime. Que dire aussi des prof-e-s en UPE2A de lycée qui n’arrivent pas à se faire payer la part modulable de l’ISOE ? Par ailleurs, l’extension pour tou-te-s du nombre de tâches et de missions (nouveaux statuts, les 108 heures annualisées…) n’est-elle pas contradictoire avec ces primes quelques-un-e-s seulement ? Pour SUD éducation Paris, faire valoir l’accès à la prime lorsque les personnels y ont droit paraît légitime dans les luttes au quotidien mais nous ne nous battrons pas pour systématiser un dispositif injuste.

LA PRIME, C’EST LA MISE EN CONCURRENCE DES PERSONNELS !
On courrait après l’heure supplémentaire, on court maintenant après des responsabilités rémunérées par des primes. Les IMP, Indemnités pour Mission Particulières, sont particulièrement représentatives. Elles remplacent le régime des HSE (Heures Supplémentaires Enseignement), qui ne profitait pas à tout le monde , mais tous les enseignants pouvaient y prétendre ; ce sont des heures aux enveloppes moins garnies ; elles ne sont données qu’à celles et ceux qui auront été choisis-es pour des missions de coordination, de représentation…

LA PRIME, C’EST DONC À LA TÊTE DU CLIENT !
Les IMP, c’est un peu la prime de sous chef dans pas mal de cas. La prime en général, c’est l’occasion pour la hiérarchie de se rappeler au bon souvenir des personnels et de mettre un peu plus la pression. Le RIFSEEP, acronyme barbare désignant le régime indemnitaire nouvellement étendu aux agent-e-s des établissements scolaires (toutes collectivités territoriales confondues), fusionne l’ensemble des primes perçues par les agent-e-s et les oblige à « un engagement personnel » aboutissant à une amplitude de prime allant de 0 % à 100 % au bon vouloir de la hiérarchie. Bien sûr, pour les « chasseurs de primes » qui fricotent avec les hiérarchies, la prime peut être substantielle, mais à quel prix !

MAIS LE PIRE DU PIRE !
Les primes ne sont pas prises en compte dans le calcul de nos propres pensions ! En effet, nos retraites sont calculées sur la base de notre seul traitement brut indiciaire. C’est donc bien du salaire qu’il nous faut ! Et nous voulons plus !

SUD éducation Paris revendique :
■ L’extension des droits sociaux ;
■ Un salaire unique, pour un corps unique des travailleurs/euses de l’éducation, basé sur les plus hauts salaires ;
■ L’augmentation de la part de salaire socialisé, qui lui n’est pas strictement individuel. Et pourquoi ne pas voir plus loin et obtenir un Revenu Social Garanti — inconditionnel et substantiel pour tou-tes et sans distinctions — ?
■ La baisse du temps de travail sans baisse de salaire en contrepartie ;
■ Et, au-delà de l’école, l’extension dans toute la société des domaines de gratuité (éducation, transport, culture…).

Tract en PDF ici




           

Rendez-vous

16 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
21 juillet / 12h30 / Beaumont-sur-Oise
Marche Adama - 2 ans de lutte pour la justice
L’appel du 21 juillet par les Quartiers populaires à la mobilisation générale
3 août / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
29 août /
Bloquons le MEDEF !
Comme tous les ans depuis 1998 le MEDEF organise ses journées d’été qui lui donne l’occasion de répandre publiquement - avec force soutien de la classe politique - une vision ultralibérale de la société et du travail. L’Union syndicale Solidaires pense qu’en cette période d’attaques répétées contre les droits sociaux, il est important de ne pas laisser aux capitalistes le champ libre.

Facebook


Twitter


Actualités

Pourquoi le paritarisme n’est pas notre tasse de thé ? Mais qu’allaient-ils faire dans cette galère ?
En ce début juillet, les organisations syndicales de salarié-es et patronales considérées comme représentatives se sont rencontrées. L’objectif était, semble-t-il, de faire pression sur le gouvernement pour sauver les institutions du paritarisme, organe par essence du "dialogue social", et promouvoir une conception de la négociation déconnectée des logiques de rapport de force.
Défendre la Sécu dans la constitution et ailleurs
Le gouvernement vient de renoncer à supprimer la référence à la Sécurité sociale dans la réforme constitutionnelle. Cette première volonté n’est pas arrivée là par hasard. L’intention initiale montre l’objectif poursuivi par le gouvernement, celui de détruire le système social construit à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Manu 1er, arrête ton baratin !
Les associations, collectifs, syndicats , les chômeur-euses, mal logé-es, précaires, sans papier, mal soigné-es, réprimé-es, laissé-es pour compte des droits sociaux… suivront et réagiront au discours fleuve de Manu 1er donné au Château, du haut de sa morgue vis à vis des classes populaires qu’il enfonce par une série de mesures adoptées, en cours d’adoption et à venir… contre le droit au logement, au travail, à l’indemnisation, à un revenu décent, à une protection sociale efficace pour vivre dignement.
La fraternité ne doit pas avoir de frontières
Le Conseil constitutionnel consacre pour la première fois un principe à valeur constitutionnelle de fraternité, créant ainsi une protection des actes de solidarité. Il est désormais acquis que chacun a « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans condition de la régularité de son séjour sur le territoire national »
Secret des affaires : associations, syndicats et sociétés de journalistes s’associent à la saisine du conseil constitutionnel
38 organisations (associations et syndicats) et 10 sociétés de journalistes déposent une contribution au conseil constitutionnel pour s’associer aux recours déposés par les parlementaires contre la loi sur le secret des affaires.