MENU
       ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      jeudi 27 juin

En cette rentrée, réveillons-nous !

  

Cet été, nos responsables politiques nous ont préparé de jolis sujets de rentrée : adoption de la loi Travail, projet de loi Egalité et Citoyenneté, climat délétère sur les libertés favorisé par l’état d’urgence. La poursuite de la mobilisation exemplaire de ce printemps, nous permettra d’éviter le naufrage identitaire que nous promettent la majorité des candidat.e.s en campagne pour la présidentielle.

La Loi travail ne passe toujours pas, ensemble en grève et dans la rue le 15 septembre !

Même si elle a été adoptée le 6 juillet 2016 via l’utilisation abusive de l’article du 49.3, tout est encore possible ! Pour mémoire il y a 10 ans le CPE a été abrogé suite à son adoption grâce à la pression de la rue !

Nous exigeons l’abrogation de la Loi Travail ! C’est l’affaire de toute et tous, dans cette période où chacun.e voit ses conditions de travail et celles des autres se détériorer.

Les droits à la contestation, eux aussi se détériorent.

Depuis le début du mouvement, la pression et la répression sont fortes. Le 14 juin, à Paris, fut un moment symbolique du déni du droit de manifester. Les rassemblements se sont raréfiés cet été et pourtant la répression a continué :

  • Sanctions contre des syndicalistes (mise à pied de représentants syndicaux de la Poste)
  • Condamnation à la prison ferme suite à des actes commis lors de mouvements sociaux (Goodyear, Air France, manifestants de la Loi Travail)
  • Continuité de l’usage de bombes lacrymogènes lors de rassemblements (festival d’Aurillac) et des différents lanceurs de défenses (flashball…)

Cette (ré)pression ne nous fait pas peur. Pour la relaxe soyons nombreux dans la rue !

Attention à la nouvelle loi en cours : loi Egalité et Citoyenneté.

La mesure phare de cette loi est l’universalisation du Service Civique. Celui-ci devait permettre à des jeunes de 18 à 25 ans de “s’engager” pour l’intérêt général moyennant une indemnité de moins de 600€ par mois n’ouvrant pas de droits salariaux. La loi prévoit sa généralisation et son ouverture à l’ensemble des services publics. Il remplacera des emplois dans les écoles, commissariats, bailleurs sociaux… (déjà le cas dans les associations). Cette mesure permet de jouer avec les chiffres du chômage en faisant sortir des milliers de jeunes des statistiques et de poursuivre les politiques d’austérité en utilisant une main d’œuvre bon marché.

Cela ne suffisait pas ! Les parlementaires espèrent le rendre obligatoire par un amendement qui prévoit :

  • 3 mois de classe républicaine à l’âge de 18 ans ;
  • Avant les 26 ans, 6 mois de mission de Service Civique
  •  

Une aubaine pour les employeurs : des jeunes obligé.e.s et corvéables pour remplacer des postes salariés trop chers !!




           

Rendez-vous

27 juin /
Rassemblement à l’appel de l’intersyndicale nationale Fonction publique
Les organisations syndicales de la Fonction publique affirment de nouveau leur attachement aux valeurs du service public, à une Fonction publique et au Statut général au service de toutes et tous, porteurs de l’intérêt général. Elles appellent, ensemble, le gouvernement à entendre leurs demandes en matières salariales et concernant le projet de loi fonction publique.
3 juillet / 18h30 / 31 rue de la Grange aux Belles
Soirée/Débat Solidaires Social Club
Bure, la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires
5 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
15 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
20 juillet /
Marche ADAMA III
Cela fera trois ans de lutte après la mort d’Adama Traoré, tué par trois gendarmes à Beaumont-sur-Oise. Trois ans de lutte contre le déni de justice, contre la répression étatique, pour la libération des quatre frères Traoré emprisonnés.

Facebook


Twitter


Actualités

La soumission au travail forcé
Suite à la requête sommaire déposée devant le Conseil d’État par l’union syndicale Solidaires le 28 février dernier contre le « décret du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d’emploi et au transfert du suivi de la recherche d’emploi », les associations AC ! APEIS MNCP CIP Recours Radiation, les syndicats Solidaires SUD Emploi et SUD Culture et Médias Solidaires, avec le soutien du CNTPEP-CGT, attaquent ensemble ce texte inadmissible et destructeur.
Soutien aux travailleurs sans papiers de Chronopost Alfortville en lutte
Ces travailleurs sont victimes d’uns sous-traitance en cascade dont LA POSTE est le donneur d’ordre. Ils luttent pour obtenir leur régularisation et leur intégration au sein de La Poste. Dès à présent la direction de La Poste doit fournir les documents pour permettre leur régularisation.
Retraites à points, l’arnaque du siècle…
Comment faire travailler plus longtemps en faisant croire que ce sera un choix individuel ? Le gouvernement a trouvé le moyen.
Rassemblement de soutien à un camarade SUD-Rail menacé de licenciement pour fait de syndicalisme
appel à un rassemblement de soutien le 19 juin prochain à La Défense
Service national universel : Ni uniforme, ni garde-à-vous, mobilisation sociale !
Le SNU n’est finalement qu’une nouvelle illustration des multiples tentatives d’affaiblir tous les outils et espaces de mobilisation citoyenne, en éduquant à la soumission et à la peur. On vous laisse imaginer le nom donné à un régime politique dans lequel un gouvernement impose aux jeunes la manière dont iels doivent s’engager (en passant de l’uniforme à porter, aux drapeaux à hisser et aux chansons à chanter) et en leur interdisant l’accès au permis de conduire, à l’université ou l’inscription à des concours, s’ils n’ont pas fait leur SNU.