Halte à la violence sociale : la direction de Renault doit rendre des comptes


MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   jeudi 30 novembre

Halte à la violence sociale : la direction de Renault doit rendre des comptes

  

Vendredi 25 novembre, les représentants du personnel d’un des CHSCT (Comité Hygiène Sécurité Conditions de Travail) du Technocentre Renault à Guyancourt ont décidé à l’unanimité de mener une enquête afin d’élucider les circonstances du décès d’un salarié du Technocentre mort suite à un entretien préalable à son licenciement.

Lors de cet entretien, notre collègue a en effet déclaré avoir « ressenti le stress monter et une sensation de malaise suite à de fausses accusations » proférées par des représentants de la direction de Renault à son encontre. Il est décédé quelques heures plus tard à l’Hôpital Mignot au Chesnay dans des circonstances non encore élucidées.

Le CHSCT va tâcher de comprendre les circonstances de son décès, pourquoi il était menacé de licenciement, quelles pressions il a éventuellement subi…

Mais dès à présent, le syndicat SUD dénonce les conditions de travail de l’ingénierie Renault.

Le dernier accord de compétitivité signé en 2013 par certains syndicats a laissé l’Ingénierie Renault exsangue : suppression de milliers d’emplois engendrant un sous-effectif, hausse de la charge de travail, pression sur les coûts et les délais…

A ce contexte général s’ajoute un management par la terreur, illustré par les propos de Gaspar Gascon lors d’une réunion de négociation du nouvel accord de compétitivité le 15 novembre dernier. Le directeur de l’Ingénierie produit de Renault a alors donné sa conception du management, en déclarant que les « techniciens et ingénieurs se sont ringardisés et lorsqu’ils n’ont plus les compétences, ils se sentent menacés et bloquent le système », menaçant dans un exemple prémonitoire que « si demain un ingénieur passe une étape de réalisation d’outillage sans réunir les conditions, je le vire, je le change de poste » !

De telles déclarations d’un des directeurs de l’Ingénierie ne peuvent qu’engendrer une violence insupportable des rapports sociaux dans l’entreprise, une violence qui transpire chaque jour à travers les nombreux cas de burn-outs et d’épuisement professionnels dénoncés également par les médecins du travail.

Après la vague de suicides qu’a connu le Technocentre en 2006/2007 et les bonnes résolutions de la direction qui s’en sont suivies, le naturel est vite revenu au galop. Les mesures annoncées par la direction de Renault dans son nouvel accord de compétitivité, notamment concernant l’Ingénierie, montrent que la direction récidive dans sa politique mortifère et qu’elle est prête à en rajouter afin d’augmenter les bénéfices de l’entreprise pour le plus grand profit de Carlos Ghosn et des actionnaires.

Il est temps que les salariés expriment leur colère et leur dégoût en participant notamment aux prochaines actions appelées par SUD et d’autres syndicats Renault, mardi 29 novembre lors de la 7ème réunion de négociation sur l’accord de compétitivité.


Communiqué SUD Renault suite au décès d’un salarié du Technocentre

Rendez-vous

1er décembre / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
2 décembre / 14h / place Stalingrad
Pour la justice sociale manifestons contre le chômage et la précarité
À l’appel des organisations de chômeurs
9 décembre /
Paix en Pays Basque : et maintenant les prisonnier-es
Tou-te-s à Paris pour la paix
12 décembre /
Journée d’action et de grève des agents sur les RER A et B
Agir ensemble pour faire respecter nos conditions d’utilisations et de travail
25 janvier / 8h / devant le Palais de justice de Pari
Toutes et tous au côté de Loïc de la compagnie Jolie môme
Rebondissement dans l’affaire Intermittents/MEDEF le procès de Loïc est une nouvelle fois reporté !

Facebook


Twitter

  

Actualités

Meeting unitaire : Nous sommes tou.te.s précaires et chômeur.e.s !
Dans l’objectif de préparer la mobilisation des chômeurs et chômeuses du 2 décembre, un meeting aura lieu à Paris à la Bourse du travail le 28 novembre.
Mobilisation contre les violences faites aux femmes
Lutte contre le sexisme, le harcèlement sexuel
Non au sabordage de la DGFiP !
Sous l’impact combiné des suppressions d’emplois et des évolutions du paysage institutionnel, la DGFiP et ses personnels subissent de multiples restructurations (ASR), fermetures et autres transferts de missions, dans un mouvement de concentration de plus en plus fort.
Racisme d’Etat et libertés syndicales : Derrière l’écran de fumée… de réelles attaques !
Le Ministre de l’Education, JM Blanquer, s’en prend violemment depuis plusieurs jours au syndicat SUD Education 93, membre de la fédération SUD Education et de l’union départementale Solidaires 93. Tout est parti d’une dénonciation de racisme supposé d’un stage syndical (parce qu’il prévoit des ateliers réservés aux personnes victimes du racisme), dénonciation relayée très largement par l’extrême-droite puis par JM. Blanquer lundi. Le ministre s’est rendu compte de son erreur grossière et, de fait, a changé rapidement son discours plus tard dans la journée à l’Assemblée nationale : c’est désormais l’utilisation de la notion de « racisme d’Etat », abordée dans le stage, qu’il juge « diffamatoire » et au sujet de laquelle il a annoncé vouloir déposer une plainte pour ce motif.
Procédure disciplinaire contre une militante syndicale au Ministère du travail
Le ministère du travail a suspendu une inspectrice du travail, pour avoir osé interpeller la ministre du travail, Mme PENICAUD, lors d’une manifestation syndicale