MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 22 octobre

Le matin du 14 juillet...

  

Ce 14 juillet, Donald Trump ne restera pas dans son lit douillet. Il fera l’honneur à Macron d’assister au défilé martial, au son de la musique qui marche au pas. Tout un symbole.

Pour Macron : sans doute son admiration pour la modèle américain ultra-libéral, ubérisé peut-on dire maintenant. Aux États-Unis, le code du travail n’est en effet plus une « entrave » au travail précarisé pour toutes et tous, puisqu’il a été réduit en pièce il y a longtemps, préfiguration de ce que notre président nous prépare ici.

Trump lui expliquera peut-être comment casser les syndicats comme il l’a fait dans ses casinos de Vegas, par exemple.

Parleront-ils des sujets qui fâchent, comme la sortie avec tambour et fanfare des EU de l’accord de Paris ? Ce ne sera pas le plus pertinent, sous les vapeurs de kérosène des avions et des chars.

Par contre ce sera une bonne occasion de féliciter Macron qui, comme ses homologues européens, va dépenser davantage de deniers publics dans les forces de l’Otan, base avancée des EU en Europe. Trump pourra sans doute conseiller Macron sur la façon de gérer le « terrorisme » et lui proposer de fermer ses frontières aux ressortissants de certains pays...

Ils discuteront peut-être encore de contrats juteux : ceux du cimentier Lafarge qui lorgne sur le marché de la construction du mur à la frontière du Mexique par exemple.

Parleront-ils des droits des femmes ? Des mobilisations massives comme aux EU le 21 janvier déclenchées par les propos misogynes, homophobes, anti-avortement et racistes du président Trump ? Tout un symbole aussi.

Comment peut-on mettre en avant et afficher la parité au parlement et discuter amicalement avec un président qui tient de tels propos En tous cas, la mauvaise réputation de président Trump, ses propos, ne gênent pas Emmanuel Macron.

Le respect des principes affichés s’arrête aux frontières de l’intérêt du capitalisme. Oui, quel beau symbole, ces deux chefs d’Etat au service du grand patronat international sur les Champs Élysées. L’avenir qu’ils nous préparent en marche... au son du clairon.


Mais de quoi les deux chefs d’État vont-ils s’entretenir et que veulent-ils montrer


ÉditoCommuniqués

           

Rendez-vous

24 novembre /
#NousToutes - Marchons contre les violences sexistes et sexuelles
Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.

Facebook


Twitter


Actualités

#JusticePourAdama
Adama Traoré « a pris le poids de nos corps à tous les trois », il répétait « je n’arrive plus a respirer » selon les gendarmes dans leur déclaration.
L’autogestion en mai et juin 1968 en France
Notre objectif est de faire connaître ces expériences, d’en comprendre la portée, les obstacles auxquels elles se sont heurtées, comment elles ont véritablement fonctionné, dans les entreprises, les établissements scolaires, les quartiers et les campagnes, ainsi que les stratégies de leurs acteurs. Cette initiative s’inscrit dans une réflexion plus vaste sur l’actualité de l’autogestion tant dans les luttes que les dans les discussions programmatiques, que nous entendons poursuivre. Il s’agit donc d’une étape.
Journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle
Solidaires confirme sa participation à la journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle du 9 octobre
Sauvons l’Aquarius
L’Union Syndicale Solidaires Paris appelle toutes et tous à manifester ce samedi. Soyons là contre l’Europe de la haine et de l’indifférence.
Discriminations, harcèlement au travail ça suffit !
Le Défenseur des droits, en lien avec l’Organisation internationale du travail vient de publier un rapport sur les discriminations dans l’emploi. Ce rapport est édifiant encore une fois, mais il ne surprend pas ceux et celles qui travaillent et vivent ces situations au quotidien.