ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      dimanche 31 mai

Lettre ouverte a nos partenaires « ess » et aux conseillers regionaux


Nous, salarié.es de l’Atelier, Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire et Organisme Associé du Conseil régional Île-de-France, restons à la porte de la conférence régionale ESS que nous devrions et aurions souhaité alimenter… L’absence de toute visibilité sur l’avenir de notre structure et de ses missions en 2017 nous l’interdit.

Notre devoir est de vous alerter et de porter les faits suivants à votre connaissance.

Concernant nos missions et « cœur de métier » :
• Début octobre, fin du programme « Entrepreneurs du changement », gare d’aiguillage pour des centaines de porteurs de projets qui trouvaient à l’Atelier des réponses pertinentes pour accélérer leur parcours de créateur dans un écosystème francilien dense et riche ;
• Cela signifie la fin du soutien apporté aux projets créateurs d’emplois locaux, facteurs de lien social et d’intégration, dynamiques pour l’initiative citoyenne, grâce notamment à notre expertise concernant les montages économiques associant ressources publiques, privées, et bénévoles (non monétaires) :
• Fin de l’alimentation en continu du site internet et du travail de promotion destiné à valoriser les initiatives.

Concernant la mise en question des moyens qui remettent en cause notre CAPACITÉ D’AGIR :
• Diminution de 40% de notre dotation régionale en 2016 (-346.000 euros) et son corollaire, le départ de quatre collègues dès le lendemain de la conférence régionale ;
• Résiliation de notre bail sous 6 mois sans alternative ;
• Absence de toute réponse au courrier adressé par notre président Monsieur Richard à Madame Pécresse.

Concernant le bilan à redouter :
• Vers qui orienter les centaines de porteurs de projets accueillis chaque année à l’Atelier alors que depuis 2014, une loi* affirme désormais l’importance de l’ESS pour le développement des territoires ???
• Autant de créateurs d’entreprises et d’emplois non délocalisables qui ne verront pas le jour sur le territoire francilien !!!
• Passage en pertes et profits des 11 millions d’euros cumulés et investis depuis 2007, par l’ensemble des partenaires (Région, Etat, CDC, Ville de Paris, collectivités…) pour créer et animer un organisme dédié sur l’ESS : l’Atelier ;
• Le gâchis est d’autant plus grand qu’aucune transmission de nos expertises n’est envisagée si ce n’est pour l’observatoire régional de l’ESS qui est transféré à la CRESS ;
• Nous ne sommes pas seuls, d’autres Organismes Associés et de nombreuses associations et coopératives franciliennes sont touchés par ce mouvement.

Par ailleurs, cette situation d’incertitude qui dure depuis des mois perturbe fortement tous les salarié.es (troubles psycho-somatiques, dysfonctionnements dans l’organisation, dégradation des relations partenariales, etc.). Les facteurs de risques psycho-sociaux qui en résultent sont avérés et susceptibles de déboucher sur des dangers graves et imminents. Sur ces points, les représentants des salarié.es ont aussi un devoir d’alerte.

Nous exigeons une clarification immédiate de la situation dans l’intérêt de toutes les parties prenantes.

Actualités

Déconfinement phase 2 : presque tous les droits sauf celui de manifester !
Nous exigeons le rétablissement immédiat du droit de manifester et mettrons tout en œuvre pour qu’en tous lieux puissent s’exercer nos droits sociaux et nos libertés publiques pour une véritable démocratie sociale.
STOP covid - STOP libertés publiques
Le Parlement a adopté l’application Stop Covid censée identifier les personnes côtoyées par un malade du Covid 19. Sa lancée est prévue début juin. Le gouvernement le jure, l’application n’aura pas vocation à perdurer au-delà de la pandémie, l’Etat ne se transformera pas en Etat policier pour autant, ce n’est qu’un outil..
Le préfet de police de Paris interdit la manifestation des sans-papiers prévue ce samedi 30 mai à Paris
Les collectifs de sans-papiers et les organisations qui les soutiennent, soit plus de 180 associations, syndicats, groupes locaux… ont annoncé leur intention de manifester ce samedi 30 mai en raison de l’urgence de la situation sanitaire, sociale, économique que vivent les sans-papiers.
Plus Jamais ça : 34 mesures pour un plan de sortie de crise
Mardi 26 mai, 20 organisations associatives et syndicales publient un plan de sortie de crise. Dans un document détaillé de 24 pages, les organisations signataires défendent 34 mesures pour répondre de concert aux enjeux sanitaires, sociaux, économiques et écologiques auxquels font face nos sociétés.
Manifester est un droit fondamental. Il doit être défendu
Depuis le 11 mai, le couple exécutif a décidé de réprimer toute forme de protestation publique. En dépit du respect des gestes barrières, il mobilise les forces de l’ordre pour bloquer et verbaliser une chaine humaine à l’Ile-Saint-Denis (93) contre des violences racistes commises par des policiers, un cortège syndical de voitures à Marseille pour l’emploi et les services publics, des rassemblements ponctuels de « gilets jaunes », des protestations des personnels infirmiers et de médecins devant des hôpitaux.

Facebook


Twitter