MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 21 mai

DERNIERES PUBLICATIONS

14H / Gare de l’Est
Marée populaire
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international.
La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance. Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se (...)
Mai 2018... ce n’est que le début !
Deux mondes continuent de s’affronter : celui pour lequel travaille Macron, celui des plus nantis, du Medef et des patrons des multinationales qui récupèrent les cadeaux en tout genre : fin de l’exit tax, de l’ISF, baisse de l’impôt sur les sociétés à 25% , flat tax à 30% pour les revenus de capitaux mobiliers, remplacement du CICE par un allègement de cotisations patronales à partir de 2019… et l’autre monde (nous) à qui on impose la diminution des droits, des protections sociales, des dépenses publiques, des services publics !
Deux mondes continuent de s’affronter : celui pour lequel travaille Macron, celui des plus nantis, du Medef et des patrons des multinationales qui récupèrent les cadeaux en tout genre : fin de l’exit tax, de l’ISF, baisse de l’impôt sur les sociétés à 25% , flat tax à 30% pour les revenus de capitaux mobiliers, remplacement du CICE par un allègement de cotisations patronales à partir de 2019… et l’autre monde (nous) à qui on impose la diminution des droits, des protections sociales, des dépenses (...)
Non à l’asphyxie financière de l’Association contre les Violences faites aux Femmes au Travail
L’Association contre les Violences Faites aux Femmes au Travail accompagne des femmes victimes depuis 1985. Elle fait partie des associations à qui l’État a confié des missions de service public afin de lutter contre les violences faites aux femmes. Pour qu’elles puissent assumer ces missions, les pouvoirs publics versent à ces associations des subventions.
Le meeting des luttes de Paris
Ce meeting a pour objectif de permettre aux nombreux secteurs en luttes de prendre la parole et d’échanger sur leurs revendications dans un lieu public et symbolique afin que la population puisse aussi y participer.
Du 1er mai au 5 mai : Face aux injustices, mobilisons nous !
Dans le contexte actuel de mobilisations face à l’ampleur des attaques de Macron et son gouvernement, le 1er mai, journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur.euse.s, prendra cette année une importance toute particulière et constituera une étape importante de la convergence des luttes.
Dans le contexte actuel de mobilisations face à l’ampleur des attaques de Macron et son gouvernement, le 1er mai, journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur.euse.s, prendra cette année une importance toute particulière et constituera une étape importante de la convergence des luttes. crédit photo : Jean Claude Saget
Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales
Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.
Chaque secteur a des revendications propres. Nous savons que face à ce gouvernement c’est un mouvement de convergence concrète des luttes qui permettra de gagner. Pour cela il faut renforcer chacune de nos luttes. Ces convergences prennent aujourd’hui des formes diverses comme par exemple avec la manifestation parisienne du vendredi 13 avril qui partira avec les cheminot.es de l’université Paris 1 Tolbiac pour se rendre à la Gare d’Austerlitz en passant par l’hôpital de la Salpêtrière. Le jeudi (...)
Santé, social, médico-social, rail : Mêmes attaques, même combat !
Dans la santé, le social et le médico-social comme dans le rail, les mêmes méthodes entrainent la même casse sociale. La contre-réforme de la SNCF que le gouvernement tente d’imposer révèle des mécanismes identiques à ceux qui broient notre secteur.
Suppression d’un second jour férié
Plus que jamais à relayer sur les réseaux sociaux suite aux annonces de Macron !
Services publics : Zone A Défendre !
Les services publics ne sont pas ce que l’on veut nous faire croire : une planque pour des fainéants et des privilégiés. Ils recouvrent une multitude de métiers indispensables pour le bien de toute la population.
Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !
Depuis le 3 avril, les cheminot-es se mobilisent de manière massive contre la destruction du service public ferroviaire avec des grèves puissantes et déterminées, tellement que la direction de la SNCF déraille et se décrédibilise en annonçant seulement 30% de grévistes, alors que 90% des trains ne circulent pas. La Fédération SUD-Rail appelle à renforcer la mobilisation dans la grève, aux piquets, dans les AG, à proposer des actions permettant aux autres luttes de s’agréger à l’action des cheminot-es... les dates des 8 et 9 avril doivent y participer notamment le 9 à Paris en se joignant aux cortèges.

Rendez-vous

22 mai / 14h / place de la République
Processus d’actions et nouvelle grève le 22 mai prochain pour donner un avenir à la Fonction publique
Réunies le 10 avril 2018, les organisations syndicales réaffirment qu’elles ne partagent ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé « Refonder le contrat social avec les agents publics »
23 mai / 18h30 / 31 rue de la Grange aux Belles
Solidaires social club
L’Union syndicale Solidaires et La petite Boîte à Outils présentent "L’amiante, une lutte d’aujourd’hui"
24 mai / 9h30 / à la Bourse du travail
Second Etats généraux de la santé des travailleuses et travailleurs
Le collectif « Ne plus perdre sa vie à la gagner » face à la disparition d’un certain nombre d’outils (dont le CHSCT) souhaite lancer des initiatives autour de la santé et des conditions de travail et enclencher des actions et campagnes collectives.
26 mai / 14h / 31 rue de la Grange aux Belles
L’autogestion en mai et juin 1968 en France
Notre objectif est de faire connaître ces expériences, d’en comprendre la portée, les obstacles auxquels elles se sont heurtées, comment elles ont véritablement fonctionné, dans les entreprises, les établissements scolaires, les quartiers et les campagnes, ainsi que les stratégies de leurs acteurs. Cette initiative s’inscrit dans une réflexion plus vaste sur l’actualité de l’autogestion tant dans les luttes que les dans les discussions programmatiques, que nous entendons poursuivre. Il s’agit donc d’une étape.
26 mai / 14H / Gare de l’Est
Marée populaire
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international.

Facebook


Twitter


Actualités Nationales
Solidaires.org

Qui sont les vrais privilégiés ?
Harcèlement sexuel à La Poste - Condamnation exemplaire !
ZAD de Notre Dame des Landes : l’État s’acharne
Tou.t.es Solidaires ! Le 22 mai, tou.t.es en grève et dans la rue !
Bulletin VISA 34 n°1 (mai 2018)
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité, marée populaire le samedi 26 mai
Les utopiques 1968/2018, RDV le samedi 16 juin
Vidéo : blocage du site des finances publiques à Nîmes
Mais qui sont les privilégié-es ?
Gaza : le gouvernement états-unien et l’armée israélienne criminels !
LES SYNDICATS