MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 22 octobre

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité Femmes Hommes, dévalorise une profession largement féminisée

  

"Nous sommes en train de voir si nous pouvons transformer cette expérience en CAP petite enfance, en diplôme d’État, en brevet d’État d’éducatrice de jeunes enfants" a-t-elle dit en évoquant les mères de familles.

Considérer que l’expérience d’éducation de ses propres enfants permettrait d’exercer des métiers de la petite enfance est une insulte faite à l’ensemble des professionnel-les du secteur. Cette déclaration n’est pas très différente de celle de Xavier Darcos qui, ministre de l’Éducation Nationale, déclarait que la mission des professeurs des écoles en maternelle était "de faire faire la sieste et de changer les couches des enfants".

Élever ses enfants ne donne pas les compétences pour accompagner ceux des autres

Être un-e professionnel-le de la petite enfance c’est avant tout avoir suivi une formation qui permet : de détecter en amont les problématiques, de faire de la prévention, d’alerter les partenaires compétents, au besoin de permettre d’acquérir les habiletés sociales et/ou de compenser des troubles temporaires. Bref, c’est une profession à part entière.

Élever ses enfants ne donne pas les compétences pour accompagner ceux des autres. Faire le repas de la famille ne donne pas le diplôme de cuisinier-e. Recoudre un bouton ne fait pas de vous un-e couturier-e…

La proposition de Marlène Schiappa dévalorise le travail des Éducateurs et Éducatrices de Jeunes Enfants, les détentrices et détenteurs de CAP petite enfance… en le présentant comme des « besognes domestiques ». Cette proposition est une insulte au professionnalisme et aux compétences des personnels de la petite enfance.

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux, ces professions, largement féminisées, ont besoin d’être valorisées et leurs spécificités reconnues.

Cette valorisation passe par une reconnaissance sociale en corollaire d’une reconnaissance salariale. Ceci permettrait de réduire les inégalités de salaires entre femmes et hommes et de combattre le mépris séculaire entretenu contre les métiers considérés comme « maternants » par les politiques archéo-machistes.

Faire progresser l’égalité, agir en faveur de la reconnaissance sociale et salariale de professions majoritairement exercée par des femmes, ouvrir des formations qualifiantes et rémunérées à ces métiers, voilà qui relèverait réellement du champ ministériel de Marlène Schiappa.


Rendez-vous

24 novembre /
#NousToutes - Marchons contre les violences sexistes et sexuelles
Nous sommes des millions à avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.

Facebook


Twitter


Actualités

#JusticePourAdama
Adama Traoré « a pris le poids de nos corps à tous les trois », il répétait « je n’arrive plus a respirer » selon les gendarmes dans leur déclaration.
L’autogestion en mai et juin 1968 en France
Notre objectif est de faire connaître ces expériences, d’en comprendre la portée, les obstacles auxquels elles se sont heurtées, comment elles ont véritablement fonctionné, dans les entreprises, les établissements scolaires, les quartiers et les campagnes, ainsi que les stratégies de leurs acteurs. Cette initiative s’inscrit dans une réflexion plus vaste sur l’actualité de l’autogestion tant dans les luttes que les dans les discussions programmatiques, que nous entendons poursuivre. Il s’agit donc d’une étape.
Journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle
Solidaires confirme sa participation à la journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle du 9 octobre
Sauvons l’Aquarius
L’Union Syndicale Solidaires Paris appelle toutes et tous à manifester ce samedi. Soyons là contre l’Europe de la haine et de l’indifférence.
Discriminations, harcèlement au travail ça suffit !
Le Défenseur des droits, en lien avec l’Organisation internationale du travail vient de publier un rapport sur les discriminations dans l’emploi. Ce rapport est édifiant encore une fois, mais il ne surprend pas ceux et celles qui travaillent et vivent ces situations au quotidien.