MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 18 janvier

Merci Macron ! Quel plaisir d’être exploité par vous !

  

Pas de Loi Travail sans loi Macron Alors que depuis 4 mois les manifestations et la mobilisation battent le pavé contre la loi travail n’oublions pas que Macron a préparé le terrain avec ses lois au service du patronat. Le champion du libéralisme mais surtout champion du travail dominical et de la casse de la justice prud’homale vient nous narguer avec son meeting à la Mutualité, pour lancer son mouvement "En Marche".

Prétendant faire du neuf avec du vieux, il s’inscrit dans une logique libérale -toujours plus au patronat- au même titre que la loi travail avec la même méthode anti-démocratique avec l’utilisation du 49-3.

Le chouchou des banques vient nous faire la leçon, comme il a pu donner des leçons de travail avec son fameux "la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler", on sent tout de suite l’homme qui a le sens des réalités contrairement à ce qu’il assène sur son site "Partir du réel pour construire des idées neuve".

L’été sera chaud

Les vacances arrivent, les départs en congés se font sentir, qu’a cela ne tienne, la mobilisation reste et aucun-e membre du gouvernement ne se sentira seul-e car il sera sans cesse accompagné-es par les opposant-es à la Loi Travail et aux lois Macron.

Nous exigeons le retrait des lois et des cadeaux faits aux sociétés toujours plus avides, comme le CICE qui n’a eu aucun effet sur l’emploi.

4 mois n’ont pas suffit pour que le gouvernement comprenne une bonne fois pour toute que la majorité de la population s’oppose à leurs lois... alors continuons toutes et tous ensemble ici (par exemple la Loi Peeters en Belgique).

En plus du 49-3, ils usent de la matraque et des fouilles pour nous faire taire, un tel déploiement répressif reste encore du jamais vu !

Nous resterons mobilisé-es, fermes et déterminé-es, ensemble nous gagnerons !
- 

Le saviez-vous ? L'inversement de la hiérarchie des normes -les accords d'entreprise au lieu des accords de branche présents dans la Loi Travail- a été inaugurée en 1979 par José Piñera, alors ministre du Travail de Pinochet, il fut formé par l'économiste Milton Friedman qui inspira aussi Thatcher...

Rendez-vous

19 janvier / 9h30 / 31 rue de la Grange aux Belles
Réunion-Débat "De la démocratie économique vers la démocratie totale"
La récente séquence des Gilets jaunes a mis à nu une aspiration à la démocratie face aux décisions d’un pouvoir dépourvu d’une quelconque assise populaire. Au-delà de la satisfaction de revendications relatives au pouvoir d’achat, une proposition de référendum d’initiative citoyenne semble émerger.
21 janvier / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
24 janvier /
Contre le fascisme, solidarité avec le peuple brésilien
L’élection de Bolsanaro à la présidence du Brésil est lourde de menaces. Le fascisme, la dictature militaire ne sont pas tombées aux oubliettes de l’histoire ! Mais l’extrême violence envers les femmes, les pauvres, les LGBTQI, la population noire, les sans-logis ou les sans-terre est bien antérieure. Tout comme les énormes inégalités et injustices sociales qui règnent dans ce pays.
29 janvier / 18h30 / 31 rue de la Grange-aux-Belles
Soirée débat festive pour la sortie du livre "Découvrir Solidaires, l’union syndicale"
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’Union syndicale Solidaires sans jamais oser le demander !
1er février / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter


Actualités

Un salaire pour en finir avec le travail gratuit !
En France comme ailleurs, la tendance est à la baisse des salaires. Depuis une trentaine d’années, on assiste même à la montée en puissance de formes de travail gratuit ou payé en-dessous du salaire minimum. Stages, services civiques et autres emplois-jeunes sont brandis comme des solutions au chômage de masse. En pratique, ils viennent s’ajouter à des formes bien plus anciennes de travail gratuit, en particulier celui assumé par les femmes dans la sphère domestique.
Soirée-débat des Utopiques : Travail, changer tout
« Travail : changer tout », c’est le parti-pris du numéro 9 des Utopiques. Le dossier consacré à cette nécessité se déploie autour de contributions et points de vue différents. Ceux syndicaux et ancrés dans la réalité du travail d’aujourd’hui : des conséquences, sur la vie même des salarié.es, de sa dégradation, des conditions de son exercice, des nouvelles méthodes d’organisation. Il ne saurait être question d’aborder la question du travail sans aborder celle, essentielle, de l’invisibilisation des femmes et le rôle que doit jouer le syndicalisme sur cet enjeu.
Manifestation nationale à Paris contre le projet de réforme de la justice
Les organisations signataires des précédents appels à mobilisation des 9 octobre devant le Sénat, 15 novembre devant l’Assemblée nationale, 12 décembre partout en France dans le cadre d’une journée « justice pour tous » ont préparé conjointement avec le Conseil national des barreaux, la conférence des Bâtonniers et le barreau de Paris un appel pour une grande manifestation nationale à Paris le 15 janvier prochain. C’est à cette date, selon les informations dont nous disposons, que l’examen en séance des projets de loi devrait être repris.
Macron écrit aux français-es... Pour que rien ne change dans la politique du gouvernement
Pour le « débat national », Macron met une condition : N’accepter aucune forme de violence, en considérant que la France est une nation des plus fraternelles et des plus égalitaires. Or, l’accroissement des inégalités subies par un nombre toujours plus grand de personnes est une violence chronique, autrement plus grande et au cœur de la crise sociale et écologique.
Justice pour Sakine, Rojbîn et Leyla, militantes kurdes exécutées à Paris le 9 janvier 2013
Mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan