MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   vendredi 20 avril

Réflexions


Une contribution au débat sur les luttes en cours
Le site Université populaire de Toulouse, qui est en lien avec la Fondation Copernic, publie une analyse des mouvements sociaux en cours, de leur potentiel et de leurs difficultés. Est également commenté l’article de l’économiste Frédéric Lordon que nous avons publié récemment.
M. le Premier ministre, pas d’expulsion de la Zad sans respect de la loi
Le Premier ministre a annoncé l’expulsion des habitants illégaux de la Zad à compter du 1er avril. Mais cette expulsion n’est pas possible sans procédure contradictoire et décision de justice, soulignent plusieurs avocates et avocats. Elles et ils ont adressé une lettre officielle au Premier ministre lui rappelant qu’il doit respecter la loi. La voici.
Rojava : brisons le silence !
Actuellement sous le feu d’une opération militaire conduite par l’État turc avec l’aval de la Russie, la complicité de l’OTAN et la bienveillance des États européens, la population du Rojava résiste et sollicite le soutien international.
« Il y avait la foi dans la révolution et dans l’avenir », écrivit George Orwell dans son Hommage à la Catalogne. Aux quatre coins du monde, les (...)
Quand les enfants travaillent
Environ 220 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans travaillent dans le monde, dont 152 millions de manière illégale (principalement pour des questions d’âge). Parmi eux, on juge qu’environ 72 millions occupent un emploi dangereux selon l’Organisation internationale du travail (OIT). Dans certains pays d’Amérique du Sud, les enfants travaillent dans des mines. Dans d’autres régions du monde, en Asie, en Afrique, ils ramassent des morceaux de ferraille dans les décharges pour les revendre ou ils sont employés dans des fabriques de vêtements et de chaussures avec des conditions de travail très difficiles.
L’unité syndicale aux « impôts »
Des débats sur l’autonomie en 1947 aux rapports intersyndicaux contemporains, en passant par la longue grève nationale de 1989, le secteur des impôts a une originalité certaine dans le mouvement syndical français. Nous revenons ici sur l’histoire de l’unité syndicale dans cette administration.
L’intersyndicale des retraité-es
Après un rappel sur l’histoire de la construction du mouvement syndical dans ce secteur particulier, voilà quelques explications sur l’unité d’action assez remarquable, que mettent en œuvre, depuis juin 2014, neuf organisations de retraité-es. Unité et actions, sans la CFDT et l’UNSA ; mais dans un cadre original mêlant CGT, FO, Solidaires et FSU ; et aussi CFTC et CGC ; ou encore des associations comme la FGR-RP, UNRPA et LSR
Parcoursup : comment les portes de l’université vont se refermer pour les « bacs pro » issus des classes populaires
Les lycéens titulaires d’un bac professionnel, principalement issus des milieux populaires, devront-ils définitivement renoncer à toute possibilité d’accès à l’université ? La loi dite « orientation et réussite des étudiants », votée par le Parlement le 15 février, institue un obstacle supplémentaire pour entrer dans l’enseignement supérieur.
La cause kurde : enfin la reconnaissance ?
Le groupe de travail mis en place au sein de la commission internationale de l’Union syndicale Solidaires tente de renforcer le travail d’information sur les luttes syndicales au Kurdistan en Turquie et sur la situation économique au Rojava (en Syrie) tout en restant attentif à décrire ce qu’est le projet du confédéralisme démocratique.
Redonner d’autres perspectives au syndicalisme
« La revue de l’Union syndicale Solidaires, Les Utopiques, a récemment sorti un nouveau numéro consacré aux mobilisations contres les lois Travail. À cette occasion, il a paru intéressant de questionner, avec des contributeurs issus de différentes organisations syndicales, les difficultés et les perspectives possibles du syndicalisme et des mobilisations sociales.
1921-1936 : de la scission à la réunification
Le 2 mars 1936 se tient à Toulouse le congrès de réunification de la CGT, 15 ans après la scission entre la majorité qui est restée à la CGT (« les confédérés ») et la minorité syndicaliste révolutionnaire qui a fondé la CGTU (« les unitaires »). Pour comprendre comment les questions relatives à l’unité syndicale évoluent durant ces 15 ans qui séparent la scission de la réunification, il faut regarder l’évolution des deux organisations, celles du contexte économique, social, politique, et les stratégies d’unité à l’œuvre dans le mouvement syndical.
Un Collectif syndical contre l’aéroport à NDDL et son monde
La manifestation du 1er mai à Nantes a été l’occasion de la première apparition du « Collectif Syndical contre l’aéroport à NDDL et son monde1 ». Cette première apparition a été une réussite : Le « cortège syndical contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a réuni le plus grand nombre de manifestants et manifestantes du défilé traditionnel du 1er Mai à Nantes »2. Au delà de ce succès, ce collectif, atypique, semble porteur de nombreux espoirs.
Les mouvements de chômeurs et chômeuses
Il s’agit d’une histoire bien évidemment, mais surtout d’une volonté commune. Des choix qui vont au-delà des questions d’appareils, qui bien trop souvent se mesurent, afin de savoir qui est le plus fort, le plus influent, lesquels sont les plus nombreux. Nous sommes tellement seuls sur ces questions centrales, que nous avons décidé que la défense des intérêts des victimes, des plus faibles, des plus fragiles et des plus pauvres, devait passer avant les organisations elles-mêmes.
Désobéissances sur le rail
« Tout agent, quel que soit son grade, doit obéissance passive et immédiate aux signaux… » Depuis plus d’un siècle et demi, les successives générations de cheminots et cheminotes ont retenu, dès leur intégration à la corporation, ce précepte inscrit dès l’origine dans le Règlement général sur les signaux ; elles l’ont appris et respecté. Pourtant, les mêmes n’ont manqué, ni d’imagination, ni d’audace, ni parfois de courage, pour désobéir et construire par là une histoire sociale particulièrement riche. Riche, mais surtout fertile en conquêtes sociales, permises par l’organisation collective mais aussi les propositions et initiatives minoritaires, voire individuelles, qui s’intègrent en elle et la nourrissent.
Contester dans l’Armée
Comités de soldats, antimilitarisme et syndicalisme dans les années 70 : en avril 1974, 100 appelés signent publiquement un appel revendiquant de nouveaux droits pour les soldats, une meilleure solde ou la gratuité des transports par exemple, mais aussi des réformes démocratiques de l’institution militaire. De cet appel, rapidement rejoint par des milliers d’appelés, allait naître le mouvement des comités de soldats. Fin 1975, deux de ces comités se constituent en sections syndicales CFDT. L’État va alors frapper fort…
Désobéissance à l’usine : la perruque ouvrière
L’illégalisme à l’usine se traduit sous la forme d’actions collectives : manifestations non autorisées dans les ateliers, refus d’accepter les ordres d’un chef haï, occupation des ateliers, grèves illégales, spontanées, piquets de grève, expulsion physique d’huissiers venus constater la grève, destruction de matériel (Metaleurop, 2003), etc.

Rendez-vous

1er mai /
Journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur-euse-s !
Dans le contexte actuel de mobilisations face à l’ampleur des attaques de Macron et de son gouvernement, cette journée du 1er mai prendra une importance toute particulière et constituera une étape importante de la convergence des luttes.
2 mai / 18h30 / 31 rue de la Grange aux belles
Réunion publique sur le syndicalisme au Mexique et les communautés zapatistes
Syndicalisme de lutte, autonomie des communautés zapatistes au Chiapas. Interven on du collectif Paris-Ayotzinapa
4 mai / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
22 mai /
Processus d’actions et nouvelle grève le 22 mai prochain pour donner un avenir à la Fonction publique
Réunies le 10 avril 2018, les organisations syndicales réaffirment qu’elles ne partagent ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé « Refonder le contrat social avec les agents publics »
24 mai / 9h30 / à la Bourse du travail
Second Etats généraux de la santé des travailleuses et travailleurs
Le collectif « Ne plus perdre sa vie à la gagner » face à la disparition d’un certain nombre d’outils (dont le CHSCT) souhaite lancer des initiatives autour de la santé et des conditions de travail et enclencher des actions et campagnes collectives.

Facebook


Twitter

  

Actualités

Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales
Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.
Visite de Justin Trudeau à Paris : le collectif Stop TAFTA/CETA alerte sur les dangers du CETA !
A l’occasion de la journée mondiale de solidarité avec les luttes paysannes et de l’allocution du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, devant l’Assemblée Nationale ce 17 avril 2018, le collectif Stop TAFTA/CETA organise une action symbolique à 13h Place Edouard Herriot.
Ils votent le pacte ferroviaire
Y’a pas d’arrangement, grève et manifestation
Suppression d’un second jour férié
Plus que jamais à relayer sur les réseaux sociaux suite aux annonces de Macron !
Secret des affaires : lettre ouverte au président de la République
Le Parlement s’apprête à voter une proposition de loi portant « sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites ». Dans cette lettre ouverte, de nombreux lanceurs d’alertes, syndicats, associations, journalistes, chercheurs dont l’union syndicale Solidaires, rappellent au chef de l’État sa promesse de défendre le droit à l’information et l’intérêt général.