MENU
ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail   jeudi 26 avril

Solidaires Industrie Francilien s’alarme de la recrudescence de violence policière

  

Solidaires Industrie Francilien s’alarme de la recrudescence de violence policière, dernier exemple en date à l’encontre des manifestants présents devant le Tribunal de Bobigny le 18 mai 2015 après la relaxe des policiers accusés de non-assistance à personne en danger dans l’affaire Zyed et Bouna, la Police a une fois de plus réprimé la colère des manifestants.

Après deux heures dans le calme, la tension monte. L’agent de Police, chargée du lien avec les organisateurs, hausse le ton et demande aux organisateurs de retirer leur chapiteau destiné à protéger le matériel et les personnes présentes de la pluie.
Par la force des choses, il n’y a pas d’autre abri disponible, des manifestants vont se réfugier sous le préau du tribunal de Bobigny.

Jusque-là, la Police encadre, mais se fait discrète, malgré des tenues anti-émeutes apparentes. Les policiers rentrent dans le tribunal et s’alignent devant les vitres, face aux militants venus soutenir les familles.
"Police assassins, État raciste" scande la foule, une poignée de manifestants se met à tambouriner sur les vitres blindées du Tribunal.

La Police décide que son intervention est nécessaire. Casqués, flash-balls et grenades lacrymogènes et matraques à la main, boucliers en avant. Les organisateurs du rassemblement s’interposent et font tampon entre la foule en colère, mais distante, et les policiers prêts à dissoudre la manifestation.

Devant les policiers, des organisateurs cherchent à réduire la tension, un CRS pointe alors son flash-balls vers le visage d’un des organisateurs.

Cette arme à feu peut être létale à moins de 10 mètres. Cette visée à hauteur de la tête, dans un cadre qui ne relève pas de la légitime défense de soi ou d’autrui, est formellement proscrite.

Plus tard, sur un côté du parvis, un groupe de policiers se met à matraquer des manifestants à leur portée.

Deux de nos camarades se sont retrouvés aux urgences, une femme emmenée par les pompiers et un camarade de Solidaires Industrie Francilien, qui a 10 jours d’ITT suite au coups de matraque qui lui on été assénés.

Solidaires Industrie Francilien va prendre toutes les mesures auprès des autorités compétentes pour faire toute la lumière sur les faits qui lui sont rapportés.

Solidaires Industrie Francilien lance une alerte sérieuse au Gouvernement, car nous considérons que ces violences policières sont une expression de la politique interdisant toute manifestation menée par les autorités Françaises.

Cette politique répressive a l’encontre des manifestants s’inscrit dans une politique qui bafoue nos droit constitutionnel.

Solidaires Industrie Francilien condamne fermement de tels agissements qui compromettent les fondements de la République.

Solidaires Industrie Francilien s’insurge contre les violences policières indigne d’un état de droit.



    Communiqués  

        

Rendez-vous

1er mai / 14h30 / place de la Bastille
Journée internationale de manifestations, de revendications et de solidarité entre les travailleur-euse-s !
Dans le contexte actuel de mobilisations face à l’ampleur des attaques de Macron et de son gouvernement, cette journée du 1er mai prendra une importance toute particulière et constituera une étape importante de la convergence des luttes.
2 mai / 18h30 / 31 rue de la Grange aux belles
Réunion publique sur le syndicalisme au Mexique et les communautés zapatistes
Syndicalisme de lutte, autonomie des communautés zapatistes au Chiapas. Intervention du collectif Paris-Ayotzinapa
4 mai / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
14 mai / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
22 mai /
Processus d’actions et nouvelle grève le 22 mai prochain pour donner un avenir à la Fonction publique
Réunies le 10 avril 2018, les organisations syndicales réaffirment qu’elles ne partagent ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé « Refonder le contrat social avec les agents publics »

Facebook


Twitter


Actualités

ZAD de NDDL : Après le geste de dialogue du mouvement, le gouvernement doit mettre fin aux menaces !
Des organisations nationales, locales, et des personnalités saluent la volonté de renouer le dialogue manifestée par les différentes composantes et habitants de la ZAD de Notre-­Dame-­des-­ Landes dans un contexte pourtant extrêmement difficile, et exigent fermement que le gouvernement mette fin aux menaces pesant sur la zad.
Prise en charge des personnes âgées dépendantes : Les professionnels toujours mobilisés !
L’intersyndicale soutenue par l’AD-PA constate que le Président de la République, Emmanuel Macron a été contraint de s’exprimer sur le sujet confirmant ainsi le succès des grèves et des mobilisations des 30 janvier et 15 mars. Pour autant sa proposition d’une 2ème journée de solidarité est une provocation inacceptable : Elle doit être abandonnée !
Après le 19 avril, poursuivons les grèves, construisons un front commun
La journée du 19 avril appelée pour la défense des services publics, de l’emploi et des salaires a rassemblé des dizaines de milliers de manifestant-es, appelé nationalement par seulement deux organisations. Elle a constitué un moment de rencontre important dans la rue mais aussi dans des assemblées générales ouvertes ou communes dans les services.
Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales
Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.
Nous voulons des augmentations de salaires !
Les inégalités n’ont pas cessé de croître. On nous dit que la croissance revient, mais à ce stade rien pour les salarié-es, bien au contraire.