Un délégué rectoral exclu de l’enseignement après 4 ans de suppléance.


MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   jeudi 16 novembre

Un délégué rectoral exclu de l’enseignement après 4 ans de suppléance.

  

A la rentrée 2016, le rectorat de Toulouse a décidé de ne pas renouveler le contrat à durée déterminée d’un Délégué rectoral en poste dans le même établissement depuis 4 ans.

Sa suppléance a pourtant toujours été renouvelée par le chef d’établissement qui lui a fait confiance durant ces années et le poste occupé les années précédentes était toujours vacant à la rentrée.

Cet enseignant en mathématiques a été inspecté en novembre 2015, ce qui est relativement exceptionnel pour un remplaçant.
Bien entendu, après cette inspection, il a tenu compte des remarques et recommandations formulées par l’inspectrice.
Cette amélioration de sa pratique pédagogique n’a cependant pas pu être constatée par l’IPR qui n’est pas revenue le voir à la fin de l’année.
Pourtant, cela n’a pas empêché la rectrice de refuser à cet enseignant toute possibilité de renouveler son contrat de suppléant.
Ce collègue a donc été congédié de l’éducation nationale après 4 ans de bons et loyaux services.
Nous ne pouvons qu’être scandalisés devant tant de mépris des enseignants et notamment des plus précaires.

D’autre part, le rectorat n’a même pas daigné respecter les textes pour informer ce collègue de sa décision.
En effet, lorsque le DA a une ancienneté supérieure à 3 ans, la notification de la décision doit être précédée d’un entretien (Décret n° 2014-1348 du 3 novembre 2014 article 9).
Nous avons saisi le Tribunal administratif pour faire valoir les droits de cet enseignant.

Est-ce ainsi que doivent être traitées des personnes que l’enseignement catholique et le rectorat sont bien contents de trouver pour éviter que les élèves se retrouvent sans professeur ?
Peut-on décider, sans réelle explication et sur une seule inspection, d’exclure un enseignant et lui refuser un avenir d’enseignant ?
Le rectorat ne développe-t-il pas une politique qui vise à exclure les délégués rectoraux qui ont une ancienneté de 4 ans et plus ?
Nous revendiquons le droit, pour les précaires, à une réelle formation et à être intégrés sur l’échelle de rémunération des certifiés.
Nous continuerons à défendre les enseignants en situation précaire avec la plus grande détermination.


Rendez-vous

16 novembre /
16 novembre : journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne, par des grèves et manifestations
Pour les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL – FIDL réunies le 24 octobre 2017, un constat s’impose, celui d’une politique libérale visant à accroitre les inégalités au profit d’une minorité.
18 novembre / dans la rue partout sur le territoire
Journée de mobilisation contre le CETA !
Il n’est pas trop tard pour stopper le CETA !! Dès maintenant mobilisons nous pour interpeller nos parlementaires et exiger un referendum sur le CETA !
18 novembre /
Venez fêter 7 ans de lutte avec le syndicat ASSO
Bloquez la date dans votre agenda, avant de bloquer la rue contre la précarité et la casse des politiques sociales et environnementales.
20 novembre /
Manifestation nationale du travail social, médico-social et sanitaire
Nous appelons à la mobilisation des secteurs sociaux et médicosociaux dans une logique de convergence entre les secteurs publics et les secteurs privés.
23 novembre / rassemblement national à Paris
Non au sabordage de la DGFiP !
Sous l’impact combiné des suppressions d’emplois et des évolutions du paysage institutionnel, la DGFiP et ses personnels subissent de multiples restructurations (ASR), fermetures et autres transferts de missions, dans un mouvement de concentration de plus en plus fort.

Facebook


Twitter

  

Actualités

STOP MACRON !
Toutes et tous le 16 novembre en grève et dans la rue et les jours qui suivront !
Contrats aidés : Journée de mobilisation interprofessionnelle
Le gouvernement vient d’annoncer une baisse drastique des contrats aidés qui vont passer de 459.000 contrats signés en 2016 à 310.000 en 2017 puis 200.000 en 2018 avant une suppression totale prévue en 2020.
Boycott du CCFP
Rassemblement unitaire Fonction publique
Palestine à St Denis : il y a 100 ans Balfour
Alors que l’occupation de la Palestine tente de s’inscrire comme une donnée indépassable en dépit des résistances et des conséquences internationales de ce conflit
Veillée "Vive l’APL"
Recours contre la baisse des APL