ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 23 août

Choisi ton camp... Et pratique le hors piste


Une plateforme de tri des migrants

Ce camp humanitaire sera en vérité une plateforme de tri des migrants, « Ce camp est un palliatif à la rue, et surtout pas un hébergement de moyen terme », nous dit Mme Versini, adjointe à la Maire de Paris en charge des Solidarités. Les courts séjours ne pouvant excéder 10 jours « juste le temps pour chacun de se reposer et d’être orienté vers un dispositif correspondant à sa situation ». Les capacités d’accueil de ce premier camp sont de 400 hommes isolés, un second devrait ouvrir pour les femmes et les publics vulnérables.

Quel rôle pour le travail social ?

L'association Emmaüs Solidarité gérera ce camp. Si l'embauche de 100 professionnels est annoncée, la chasse aux bénévoles est également ouverte... Le travail social est un métier, les bonnes volontés et bons sentiments ne font pas nécessairement le bon accompagnement. Quant aux professionnels recrutés, quelle sera leur mission exacte ? Seront-ils chargés de trier le bon réfugié du mauvais migrant économique ? Et si, du fait de l'embolisation du système de l'hébergement d'urgence (que nous dénonçons depuis des années) aucune solution n'est disponible après les 10 jours de séjour autorisés, les travailleurs sociaux devront-ils faire des ruptures « illégales » d'hébergement en « raccompagnant » les migrants à la rue ?

La solution n'est pas adaptée

La 'solution divinatoire' de la Mairie de Paris selon les mots de Dominique Versini n'est pas adaptée à la réalité de la situation des exilés en Ile de France : 400 places alors que plus de 3000 personnes dorment régulièrement sur les campements aux abords de Stalingrad et Jaurès... 5 à 10 jours pour orienter vers les dispositifs adaptés alors que les demandeurs d'asile ne peuvent déposer leur demande avant de nombreuses semaines (faits pour lesquels le préfet de Paris a été condamné 136 fois ces derniers mois !).

Pour Sud Santé Sociaux Paris, le travail social n'est pas le gant de velours de la main de fer de la police !

Nous réclamons l'application des lois existantes : accueil de toutes les personnes à la rue et continuité de la prise en charge. Nous revendiquons des moyens et des conditions de travail en conséquence pour les travailleurs sociaux afin de mettre en œuvre des conditions d’accueil dignes pour toutes et tous !

A Sud Santé Sociaux et avec notre Union Syndicale Solidaires revendiquons :

  • Des papiers et un logement pour toutes et tous (réquisition des logements et bureaux vides, baisse des loyers),
  • L’arrêt des opérations policières de chasse aux exiléEs,
  • L’harmonisation par le haut des politiques sociales au niveau européen,
  • La liberté de circulation, d’installation et l’élaboration d’une politique migratoire impliquant les syndicats, les organisations des droits de l’homme.

Politique du Chiffre

Du 01/08/2016 au 31/10/2016 à Jaurès/Stalingrad/La Chapelle

  • 28 rafles
  • 2 évacuations
  • 4 500 arrestations
  • 120 personnes en rétentions

Documents à télécharger

  Tract camp migrant paris - sud ssp - nov 2015

Actualités

Les Chronos font leur cinéma !
Projection débat sur le piquet de grève des travailleurs sans-papiers de Chronopost
Grâce au Conseil d’Etat, policiers et gendarmes pourront continuer à blesser, mutiler ou tuer des manifestant-es
Le Conseil d’Etat vient de rejeter les demandes de nombreuses organisations, dont l’Union syndicale Solidaires, visant à faire interdire l’utilisation des Lanceurs de balles de défense lors des manifestations. Le Conseil d’Etat a également débouté les organisations qui voulaient faire interdire le recours aux grenades de désencerclement GLI-F4.
Les travailleurs sans papiers de Chronopost Alforville au siège de la Poste à Paris
Parti s’amuser et danser, Steve a été retrouvé mort
Aux bords de la Loire, le 21 juin dernier, lors de la soirée de la fête de la musique plusieurs personnes ont été contraintes de se jeter dans l’eau suite à une intervention très violente de la part des forces de l’ordre qui ont sans scrupule utilisé gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement et usé de violence physique.
Femmes de chambre : la violence et l’exploitation, ça suffit !
Pas de vacances pour la lutte de classe. Encore cet été, des femmes de chambres, cessent le travail contre les cadences infernales que leur imposent les sous-traitants des grands groupes hôteliers et pour une véritable reconnaissance de leur travail

Facebook


Twitter