ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 20 octobre

Expression

Immonde
Samuel Paty, un professeur d’histoire géographie a été assassiné pour avoir fait cours sur la liberté d’expression, fondement inaliénable de notre démocratie. Il n’y a pas de mot suffisamment puissant pour qualifier l’inqualifiable, simplement qu’un enseignant est mort dans des circonstances horribles après avoir simplement exercé son métier. L’Union syndicale Solidaires partage l’émotion immense provoquée par le meurtre de Samuel Paty et se tient aux côtés de ses proches, ses ami-es, ses élèves, ses collègues et toutes celles et ceux pour qui le respect d’autrui et de sa possibilité d’exprimer son point de vue sans risquer sa vie sont au fondement de nos libertés et de notre société.
« Ne durcissez pas la loi sur les squats, luttez contre le mal logement ! »
La question des squats revient périodiquement sur la scène médiatique, s’agissant soit d’occupation d’immeubles vacants par des sans-logis, soit d’occupations illégales du « domicile d’autrui ».
Acte 3, marche nationale des Sans-Papiers
A l’appel de 15 collectifs de Sans-Papiers, de la Marche des Solidarités, des Etats Généraux des Migrations et de plus de 120 organisations, des Sans-Papiers marcheront à partir du 19 septembre des quatre coins du pays pour atteindre Paris en une grande manifestation le samedi 17 octobre.
Assassinat d’un enseignant dans les Yvelines
S’attaquer à un enseignant, c’est s’attaquer à l’école qui est un lieu de construction d’un savoir critique, de rencontre de l’autre, de la formation de futur-e-s adultes libres et éclairé-e-s. Nos organisations réaffirment leur attachement à la liberté d’expression, condition nécessaire à l’émancipation, et appellent à éviter toute instrumentalisation de ce drame.
Journée de mobilisation et de grève nationale dans le secteur de la santé, du médico-social et du social
La population est de plus en plus inquiète du manque de personnels dans les hôpitaux et le médico-social, aggravé par des démissions de personnels, toutes catégories confondues dans un cercle vicieux qu’il est urgent de casser.
Imposons un autre avenir !
Les dernières déclarations de Macron avec l’instauration d’un couvre feu pour lutter contre la pandémie sont claires : le choix de société qui est imposé est celui d’une primauté de l’économie (travailler, consommer, aller dans les transports communs…) au détriment de la santé des salarié-es et de la population, qui va de pair avec des restrictions des libertés de plus en plus grandes (voir sa famille et ses ami-es, avoir une vie sociale et associative..).
De Marseille, Montpellier, Grenoble, Lyon, Strasbourg, Lille, Rennes… à L’Elysée C’est la marche des sans papiers
Depuis le 19 septembre, ils et elles marchent des quatre coins de la France pour exiger : la régularisation, un logement pour tous et toutes et la fermeture des centres de rétention administrative. Depuis des mois, les sans-papiers se sont mobilisé-es, victimes de la crise, de l’épidémie, victimes de la pression sécuritaire. Ils et elles ont souvent continué à travailler, premiers et premières exploité-es, premiers et premières de corvée dans l’assistance aux personnes, les travaux du bâtiment, du nettoyage, de la sécurité, de la livraison à domicile, dans l’agriculture... Ce qu’ils et elles réclament n’est que justice et dignité.
A Saint-Denis, une lutte emblématique contre la régression sociale
Depuis le 1er octobre, des centaines d’agent.es soutenu.es par une intersyndicale large (CGT, FSU, SUD/Solidaires, Unsa) sont en grève reconductible contre la hausse du temps de travail hebdomadaire, la baisse des congés, les attaques sur les rémunérations.
Dette Covid exceptionnelle de la Sécurité sociale : Ce n’est pas aux salarié·es et aux retraité·es de la financer
La crise sanitaire liée au Coronavirus a mis à rude épreuve la société française avec des conséquences économiques et sociales importantes dont on ne peut encore mesurer l’ampleur. La période que nous venons de vivre a été marquée par la déclaration de l’état d’urgence sanitaire entre le 16 mars et le 10 juillet, des mesures sans précédent de confinement de la population le 17 mars et de mise à l’arrêt de pans entiers de l’économie presque partout dans le monde pour freiner la propagation du virus.
Assurance Chômage : C’est l’abrogation de la « réforme » qu’on veut !
Le samedi 5 décembre, faisons de la marche des chômeurs-euses une étape importante de reconquête de nos droits !
Doctrine du maintien de l’ordre : Un nouveau schéma, des vieilles pratiques
Tribune commune. Alors que depuis deux ans, les manifestations en France ont fait des milliers de blessés, chez les manifestants comme les forces de l’ordre, la réforme du maintien de l’ordre présentée la semaine dernière confirme la volonté du ministère de l’Intérieur de rejeter toute évolution significative en ce domaine et ouvre la voie à de nouvelles atteintes à la liberté d’information.
L’urgence, c’est la protection des travailleurs-ses et de la population !
Sur le front de la pandémie les nouvelles ne sont pas bonnes, avec un COVID 19 à nouveau en expansion. Les clusters dans les entreprises et les établissements scolaires se multiplient mais le gouvernement place principalement ses réponses sur le plan du rapport individuel et de l’espace privé : les mesures principales de lutte contre la maladie touchent à la restriction des espaces de sociabilités.
« Séparatisme » : nous refusons une loi de stigmatisation, de division et une nouvelle attaque des principes de laïcité
Le ministère de l’intérieur, celui de la citoyenneté et l’Elysée ont annoncé préparer une loi sur le « séparatisme » présentée à l’automne pour un vote devant intervenir au début de l’année 2021. Nos organisations souhaitent ici le dire ensemble et avec force : nous ne laisserons pas ainsi diviser, fracturer la société française et plus particulièrement les classes populaires par une nouvelle campagne islamophobe de stigmatisation des populations musulmanes ou perçues comme telles qui sont systématiquement visées dans les propos des ministres et au plus haut sommet de l’État.
Les 25 et 26 septembre : Partout dans l’action pour le climat et l’emploi
Parce que la fin du monde et la fin du mois sont un même combat, parce que faceaux destructions d’emplois et à l’urgence écologique nous refusons d’opposer justice sociale et environnementale
La Marche Nationale des Sans Papiers, c’est parti !
La marche nationale des Sans Papiers s’est élancée le samedi 19 septembre de Marseille et de Montpellier pour rejoindre Paris et l’Elysée le 17 octobre. Des centaines de personnes accompagnent les sans papiers qui marcheront pendant un mois pour demander la régularisation de tou-tes les sans papiers, un logement pour tou-tes et la fermeture des centres de rétention administrative.
 
0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120 | ... | 930