ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 22 janvier

Féminisme

Journée internationale contre les violences sexistes et sexuelles
Le 25 novembre, l’Union syndicale Solidaires appelle à manifester partout en France lors de la journée internationale contre les violences sexistes et sexuelles, à organiser partout où c’est possible la convergence de toutes celles (et ceux) qui luttent syndicalement, féministement, qui collent, qui dansent et se révoltent chaque jour contre les violences sexistes et sexuelles.
Appel unitaire pour le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles
Les organisations syndicales et féministes signataires appellent à se rassembler, manifester et se mobiliser partout en France le 25 novembre.
Avortement : Un combat de femmes toujours d’actualité !
Un combat de femmes toujours d’actualité ! Si, en France, le droit à l’avortement a été établi par la loi Veil en 1975 suite au combat féministe, ses modalités d’application ont évoluées et évoluent encore aujourd’hui avec le projet de prolongement du délai (de 12 à 14 semaines, actuellement « bloqué » au Sénat).. Dans beaucoup de pays où l’extrême droite est arrivée au pouvoir, le droit des femmes à avorter est immédiatement mis en cause. Là où le droit n’est pas encore acquis, les possibilités de faire avancer les capacités pour les femmes de choisir d’avoir ou non un enfant, disparaissent ou sont extrêmement difficiles.
Bulletin solidaires & égales - Novembre 2020
A quand la fin des violences sexistes et sexuelles envers les femmes ? Cette question pourrait passer pour naïve ou pour utopique... En effet, malgré l’effet #MeToo, malgré la mobilisation mondiale pour mettre fin aux féminicides, malgré (et là c’est sans surprise) le Grenelle du gouvernement sur ces violences, on reste avec un sentiment d’impuissance et de profonde révolte, ça n’avance pas ou peu.
Cette question pourrait passer pour naïve ou pour utopique... En effet, malgré l’effet #MeToo, malgré la mobilisation mondiale pour mettre fin aux féminicides, malgré (et là c’est sans surprise) le Grenelle du gouvernement sur ces violences, on reste avec un sentiment d’impuissance et de profonde révolte, ça n’avance pas ou peu.
Mon corps m’appartient !
Gendarmes demandant à des femmes de remettre leurs hauts de maillot de bain sur la plage, interdiction d’entrée au musée d’Orsay à cause d’un décolleté, affaire des lycéennes sommées d’aller se rhabiller et ministre Blanquer les enjoignant de se vêtir « normalement » ou de façon « républicaine »… Ces dernières semaines auront été marquées par une multiplication d’injonctions aux fondements sexistes.
IVG, en France le compte n’y est pas
5000 femmes partent à l’étranger chaque année pour avorter parce qu’elles ont dépassé les délais légaux. En effet, en France, une femme a seulement 12 semaines pour avorter. Faire respecter notre droit à l’IVG est rendu chaque année plus difficile du fait de la fermeture de nombreux centres d’Ivg (civg) : les restructurations hospitalières et la fermeture des maternités de proximité ont un impact direct sur l’accès à l’ivg.
Féministes et en colère, nous ne tolérons ni les agresseurs, ni leurs soutiens
Les mobilisations des féministes contre les nominations, aussi bien au gouvernement qu’à la mairie de Paris, sont le signe d’un dynamisme que le "pouvoir", quel que soit sa couleur politique, n’a pas compris. Et pourtant, le message donné depuis la vague #MeToo est clair : par la libération de la parole des femmes, il n’est plus question de tolérer ni les propos et agissements sexistes, ni les auteurs d’agressions sexistes et sexuelles et leurs complices. Tous ceux qui ont encore du mal à comprendre la notion de "consentement libre" (sans entrave, sans pression...) pour tout rapport sexuel devront répondre de leurs actes, et d’autant plus s’ils sont ministres, ou élus.
Garde d’enfant et pension alimentaire en contexte de COVID-19 : Lutter contre les inégalités et la précarité
L’épidémie de Covid-19 comme sa gestion étatique et patronale ont révélé et renforcé de plein fouet les inégalités sociales, comme Solidaires l’a dénoncé dans ses communications tout au long de cette période. Et ce sont les personnes et les familles des classes populaires qui en pâtissent en premier lieu en voyant leurs revenus, déjà faibles, diminuer dans toutes les configurations d’emploi. La ques- tion de la garde d’enfant en est un des points saillants, qui éclaire encore une fois les inégalités de genre et de classe.
Grève des Femmes !
Parce que les femmes partout dans le monde se lèvent et luttent pour l’égalité et leur émancipation, soyons les grandes gagnantes ce 8 mars ! Reprenons le mot d’ordre international de la grève féministe ! Le 8 mars, on arrête toutes !
8 mars, manif, actions, grève féministe !
Parce que les femmes partout dans le monde se lèvent et luttent pour l’égalité et leur émancipation, soyons les grandes gagnantes ce 8 mars ! Reprenons le mot d’ordre international de la grève féministe ! Le 8 mars, on arrête toutes !
 
0 | 10 | 20 | 30 | 40

Rendez-vous

Le 23 janvier 2021
Appel initié par les salarié-es de Tui à une manifestation nationale pour interdire les licenciements et les suppressions d’emplois
À l’initiative des salariéEs de TUI, un collectif d’organisations de salarié-es concerné-es par la question des licenciements et suppressions de postes s’est mis en place.
Le 26 janvier 2021
Battons-nous pour nos salaires  ! En grève le 26 janvier  !
Le ministre Blanquer a annoncé en grande pompe une augmentation de 400 millions d’euros (soit 29 euros bruts mensuels par agent-e) pour les personnels de l’Éducation nationale inscrite dans le projet de loi de finances 2021.
Le 30 janvier 2021
Mobilisons-nous le 30 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides
article Nous appelons à de nouvelles Marches des libertés. Celle-ci mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.
Le 4 février 2021
Toutes et tous, ensemble, mobilisé-es le 04 février
Les organisations CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, MNL, FIDL se sont réunies en intersyndicale en cette fin d’année, marquée par la pandémie et ses conséquences sanitaires, économiques et sociales. Celles-ci sont aggravées par des décisions gouvernementales désastreuses pour le monde du travail et la jeunesse.

Facebook


Twitter