MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      mardi 21 août

Transformation sociale

Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
Cette permanence est ouverte aux travailleuses et travailleurs fonctionnaires, en CDI, en CDD, apprenti-e-s, intérimaires, sous-traitant-e-s, intermittents qui subissent... Des travaux dangereux, des produits chimiques toxiques, des charges trop lourdes, des tâches répétitives sous cadence, des travaux de nuit injustifiés... Une surcharge de travail, des objectifs impossibles, la pression du temps, la pression du résultat... L’impossibilité de changer les délais fixés, d’augmenter les moyens, de (...)
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
Des travaux dangereux, des produits chimiques toxiques, des charges trop lourdes, des tâches répétitives sous cadence, des travaux de nuit injustifiés... Une surcharge de travail, des objectifs impossibles, la pression du temps, la pression du résultat... L’impossibilité de changer les délais fixés, d’augmenter les moyens, de bien faire le travail selon les règles du métier... Une surveillance permanente, une pression pour ne pas déclarer les accidents du travail, ne pas déclarer les heures (...)
image par defaut
Tout notre soutien aux Argentines !
De Paris à Tokyo, Quito, Mexico, Madrid, Berlin, New York ou Sydney… dans plus de 30 pays étaient organisées le 8 août des actions de soutien au combat des femmes en Argentine pour leur droit à choisir d’avoir un enfant ou pas.
Annick Coupé : « Le syndicalisme est un outil irremplaçable »
Il y a différents types de syndicalisme et il faut assumer ces différences ; en tout cas, je continue de penser que le syndicalisme est un outil irremplaçable : il va donc falloir trouver un moyen de faire vivre un syndicalisme qui ne parle pas à la place des salariés, qui est à leur écoute et prend en compte la situation de travail.
Mai Masri : « Sans la caméra, les faits n’existent plus »
C’est donc, à l’heure où Gaza n’en finit pas de compter ses morts, de neuvième art et de résistance à l’occupation dont nous parlons : un art visant à « prendre le contrôle de la narration » face aux récits en place ; un combat que les Palestiniennes investissent chaque jour un peu plus.
Depuis quelques jours la polémique enfle sur le système de non-droit mis en place par Macron à l’Elysée.
Une fois de plus nous voyons que ceux et celles qui détruisent les droits sociaux se pensent au dessus des lois. Certainement au nom de « l’exemplarité ».
Cette pratique illégale est aussi significative de la conception de l’Etat qu’à Macron, un peu comme si Benalla à l’Elysée était un premier exemple de son projet pour la fonction publique : la place grandissante faite au secteur privé, l’externalisation des missions, les privilèges accordés à certain-es, la fidélité au pouvoir en place. Si la « toute puissance » de l’Élysée est un problème, un autre est l’acceptation grandissante des violences policières contre la société. Ces violences commises ces dernières (...)
« Affaire Macron-Benalla » le retour des barbouzes !
Depuis quelques jours la polémique enfle sur le système de non-droit mis en place par Macron à l’Elysée. Une fois de plus nous voyons que ceux et celles qui détruisent les droits sociaux se pensent au dessus des lois. Certainement au nom de « l’exemplarité ». Cette pratique illégale est aussi significative de la conception de l’Etat qu’à Macron, un peu comme si Benalla à l’Elysée était un premier exemple de son projet pour la fonction publique : la place grandissante faite au secteur privé, l’externalisation des missions, les privilèges accordés à certain-es, la fidélité au pouvoir en place.
Les inégalités expliquées par les jeunes
Les jeunes ont du talent pour créer des outils visuels pour défendre l’égalité. Zoom sur une sélection de vidéos et d’affiches réalisées dans le cadre de notre concours annuel de création visuelle : le Prix « Jeunesse pour l’égalité ».
Face aux dangers de la loi ELAN
Des organisations de mal logés, locataires, sans abri, handicapés, salariés, architectes se sont indignés des mesures contenues dans la loi ELAN discutée au Sénat
Partage des richesses
Le capitalisme financier et l’actionnariat accentuent la casse sociale et la précarité des salarié.es. Il n’y a jamais eu autant de richesses produites en France. Mais la "crise" et la "dette" permettent ses politiques antisociales au profit des riches. Les conséquences : inégalités en hausses, baisse de moyens pour la santé, l’éducation, la protection sociale, la culture, le logement. Et c’est plus de souffrance au travail !
 
0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70

Rendez-vous

29 août / 11h30 / gare RER C Jouy-en-Josas
Bloquons le MEDEF !
Comme tous les ans depuis 1998 le MEDEF organise ses journées d’été qui lui donne l’occasion de répandre publiquement - avec force soutien de la classe politique - une vision ultralibérale de la société et du travail. L’Union syndicale Solidaires pense qu’en cette période d’attaques répétées contre les droits sociaux, il est important de ne pas laisser aux capitalistes le champ libre.
1er septembre / 15h / sortie du métro Saint Jacques
Loi anti pauvres, anti squat et anti logement : STOP à la loi ELAN !
Dans le cadre de la loi logement ELAN, qui contient de nombreuses mesures « anti-pauvres » le Sénat a voté la criminalisation des occupants sans titre des « locaux à usage d’habitation » (squatters, locataires et sous locataires non déclarés, victimes de marchands de sommeil ...)
5 septembre /
Affaire Téfal : rassemblement à l’occasion de la décision de la Cour de Cassation
Les organisations syndicales du ministère du travail appellent à la grève pour soutenir leur collègue injustement condamnée, défendre les missions de l’inspection du travail et la liberté d’expression.
13 septembre / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter



Manifestation #2 contre la loi asile-immigration