MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 26 avril

Vos données personnelles


Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à évaluer vos demandes et communiquer avec vous. A défaut de communication de vos données personnelles, le Site ne sera pas en mesure de traiter les demandes des visiteurs conformément aux finalités exprimées.

Seule le Site est destinataire des données, ainsi que ses sous-traitants et partenaires. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification des données qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à : contact@solidairesparis.org

Le Site s’engage à ne jamais transmettre votre adresse e-mail à des fins promotionnelles.

Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Dans ce cas, veuillez indiquer la section du site sur laquelle vous avez communiqué vos informations, et préciser celles que vous souhaiteriez que le Site corrige, mette à jour ou supprime, en vous identifiant de manière précise. Les demandes de suppression de données personnelles seront soumises aux obligations qui nous sont imposées par la loi, notamment en matière de conservation ou d’archivage des documents.

Vos données personnelles ne seront jamais vendues à des tiers. Vos données peuvent être partagées dans le cadre d’une loi ou d’une disposition réglementaire en vigueur, d’une ordonnance judiciaire ou d’une réglementation gouvernementale, ou si cette divulgation est nécessaire dans le cadre d’une enquête ou d’une procédure.

Pour assurer la sécurité et la confidentialité des données personnelles que nous recueillons en ligne, nous utilisons des réseaux protégés par des dispositifs standards tels que par pare-feu et mot de passe. Lors du traitement de vos données personnelles, nous prenons toutes les mesures raisonnables visant à les protéger contre toute perte, utilisation détournée, accès non autorisé, divulgation, altération ou destruction.

Actualités

Un 1er mai dans une année de lutte
Le 1er mai est une journée de lutte internationale pour la justice sociale et de solidarité. C’est un symbole toujours vivant. Cette journée n’est pas « la fête du travail ». Ce n’est pas « juste un jour chômé ». Car il s’inscrit dans une histoire sociale : le 1er mai 1886, les travailleuses et travailleurs de Chicago et de tous les Etats-Unis se levaient pour réclamer plus de justice sociale, un temps de travail réduit, des conditions de travail décentes, bref une vie digne d’être vécue. La police leur répondait par les armes, tuant plusieurs dizaines de manifestant-es.
Pour une véritable solidarité dans les transports en Île-de-France
Condamné.es, Valérie Pécresse et Île-de-France Mobilités continuent de bafouer les droits des personnes bénéficiaires de l’aide médicale de l’État
Gouvernance du système de retraite à points : Barre de pilotage bloquée sur l’arrière
Solidaires a été reçue au Haut-Commissariat à la Réforme des Retraites qui, malgré un soubresaut sur l’âge de départ, continue de préciser la mise en place et le fonctionnement de leur système de retraite à points.
Minimum syndical
Des personnes syndiqué·es à Solidaires ; Trans, PD, Gouines, Bi·es, gay, lesbienne... nous parlent des discriminations et violences auxquelles iels font face au travail et des obstacles dans le syndicat pour changer les mentalités. Ils et Elles parlent aussi de leurs stratégies, leurs ripostes et des victoires de la commission Genres & Sexualités de Solidaires.
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières
Le Comité national de l’Union syndicale Solidaires réuni le 3 et le 4 avril dénonce et condamne fermement toutes les répressions et violences policières à l’encontre du mouvement social. Nous syndicalistes, combattons depuis plusieurs années des politiques qui vont à l’encontre des droits des salarié-es du privé comme de la fonction publique, du pouvoir d’achat, des conditions de travail, de la protection sociale et qui laissent sur le bord du chemin nombre de personnes dans la précarité, au nom de la productivité et d’un capitalisme qui compromet l’avenir de la société elle même.