MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      lundi 16 juillet

Salaires, vous avez dit salaires !

  

La fable de la rigidité des salaires.

Les libéraux expliquent que la France est caractérisée par une croissance des salaires réels plus rapide que celle de la productivité depuis le début des années 2000.

Cette assertion ne correspond pas à la réalité. D’abord, parce que la progression du salaire moyen a nettement ralenti depuis la crise de 2008. Et ensuite, en raison de l’évolution du salariat : le salaire moyen de l’ensemble des salarié-es peut en effet augmenter parce que le nombre de ceux qui reçoivent des salaires inférieurs à la moyenne baisse. Or, c’est bien ce qui se passe en France : entre 2002 et 2012, la part dans l’emploi des ingénieurs, cadres et professions intermédiaires a augmenté de 40,5 % à 44,4 %, la part des ouvriers et des employé-es qualifié-es dans l’emploi est passée de 39 % à 37 %, et celle des ouvriers et des employé-es peu qualifié-es de 20 % à 19 %. Une tendance qui s’est prolongée avec la crise, les suppressions d’emplois ont plus durement frappé les salarié-es les moins payé-es.

Par ailleurs, le salaire moyen des femmes est structurellement inférieur à celui des hommes. En 2010, dans le secteur privé et les entreprises publiques, le salaire net mensuel moyen en équivalent temps plein des femmes s’élève à 1 817 euros. Il est inférieur de 19,7 % à celui des hommes (2 263 euros).

Le coût du capital

Les dividendes nets versés par les sociétés non financières (hors banques et assurances) représentent aujourd’hui 30 % de l’excédent brut d’exploitation et 12 % de la masse salariale.

Entre 1990 et 2012, la masse des dividendes nets versés par les entreprises a été multipliée par plus de 3,5. En 2014, les entreprises du CAC 40 ont versé 56 milliards de dividendes, soit plus 30% en un an !

Et ce n’est pas tout. La fraude fiscale et l’évasion fiscale représentent 60 à 80 milliards de recettes en moins pour l’état, sans oublier les paradis fiscaux et les exonérations fiscales, qui permettent aux capitalistes d’échapper aux impôts qui financent notre protection sociale.

Leurs profits sont nos misères, augmentation des salaires !

Les manifestations et grèves du 9 avril doivent se prolonger pour stopper la politique d’austérité du gouvernement Hollande et exiger notamment une augmentation des salaires et des revenus : le SMIC à 1 700 euros nets ; 400 € d’augmentation pour tous et toutes ; des augmentations en sommes uniformes pour favoriser les plus bas salaires et réduire les inégalités ; l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, avec des mesures immédiates pour annuler les discriminations existantes ; l’augmentation des pensions de retraite, des allocations-chômage, et des minimas sociaux.



Édito

           

Rendez-vous

16 juillet / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
21 juillet / 12h30 / Beaumont-sur-Oise
Marche Adama - 2 ans de lutte pour la justice
L’appel du 21 juillet par les Quartiers populaires à la mobilisation générale
3 août / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
29 août /
Bloquons le MEDEF !
Comme tous les ans depuis 1998 le MEDEF organise ses journées d’été qui lui donne l’occasion de répandre publiquement - avec force soutien de la classe politique - une vision ultralibérale de la société et du travail. L’Union syndicale Solidaires pense qu’en cette période d’attaques répétées contre les droits sociaux, il est important de ne pas laisser aux capitalistes le champ libre.

Facebook


Twitter


Actualités

Pourquoi le paritarisme n’est pas notre tasse de thé ? Mais qu’allaient-ils faire dans cette galère ?
En ce début juillet, les organisations syndicales de salarié-es et patronales considérées comme représentatives se sont rencontrées. L’objectif était, semble-t-il, de faire pression sur le gouvernement pour sauver les institutions du paritarisme, organe par essence du "dialogue social", et promouvoir une conception de la négociation déconnectée des logiques de rapport de force.
Défendre la Sécu dans la constitution et ailleurs
Le gouvernement vient de renoncer à supprimer la référence à la Sécurité sociale dans la réforme constitutionnelle. Cette première volonté n’est pas arrivée là par hasard. L’intention initiale montre l’objectif poursuivi par le gouvernement, celui de détruire le système social construit à la fin de la deuxième guerre mondiale.
Manu 1er, arrête ton baratin !
Les associations, collectifs, syndicats , les chômeur-euses, mal logé-es, précaires, sans papier, mal soigné-es, réprimé-es, laissé-es pour compte des droits sociaux… suivront et réagiront au discours fleuve de Manu 1er donné au Château, du haut de sa morgue vis à vis des classes populaires qu’il enfonce par une série de mesures adoptées, en cours d’adoption et à venir… contre le droit au logement, au travail, à l’indemnisation, à un revenu décent, à une protection sociale efficace pour vivre dignement.
La fraternité ne doit pas avoir de frontières
Le Conseil constitutionnel consacre pour la première fois un principe à valeur constitutionnelle de fraternité, créant ainsi une protection des actes de solidarité. Il est désormais acquis que chacun a « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans condition de la régularité de son séjour sur le territoire national »
Secret des affaires : associations, syndicats et sociétés de journalistes s’associent à la saisine du conseil constitutionnel
38 organisations (associations et syndicats) et 10 sociétés de journalistes déposent une contribution au conseil constitutionnel pour s’associer aux recours déposés par les parlementaires contre la loi sur le secret des affaires.