MENU
Édito Actualités Évenements Communiqués Manifestations Réflexions Retour sur... Syndicalisme Travail   mercredi 18 avril

Qui sommes-nous ?

 
L’Union syndicale Solidaires Paris, c’est plus de 40 syndicats (ou sections syndicales) qui regroupent près de 10000 adhérent-es.

Notre activité :

• Soutien aux petites structures et de développement de notre influence dans des secteurs qui sont, soit des déserts syndicaux comme le commerce & les services soit des secteurs où les syndicats de Solidaires sont encore peu présents (bâtiment…)

• Un suivi des activités juridiques et de défense des salariés à travers les 28 élus prud’homaux et les 20 conseillers du salarié Parisiens (conseillers du salarié dont la tâche essentielle est de défendre les salariés victimes de licenciements dans les petites entreprises)

• La formation syndicale, ouvertes à toutes les organisations de Solidaires (sessions de formation liées aux institutions représentatives du personnel – délégués du personnel, comité d’entreprise, CHSCT mais aussi formations thématiques comme les formations RPS et souffrance au travail, rédaction de tract, prises de notes…).

• Une implication dans les activités de la Bourse du travail, ce qui nous permet en autre de réserver de nombreuses salles pour les organisations de Solidaires.

• la prise en charge et l’organisation des campagnes revendicatives interprofessionnelles
 

 
L’Union syndicale Solidaires existe depuis 2003, mais elle a des racines bien plus anciennes dans le syndicalisme. Cette union interprofessionnelle rassemble des organisations syndicales aux histoires assez différentes, à l’image de leurs équipes militantes comme de leurs adhérent-es.
Mais les projets et les aspirations rassemblent et convergent autour de valeurs, démarches et pratiques qui construisent une identité commune selon des règles de fonctionnement originales.

Lors de notre Congrès de 2008, nous avons intégré dans le préambule de nos statuts le fait que « le syndicalisme s’inscrit dans une démarche féministe en agissant pour l’égalité entre les hommes et les femmes ». A ce titre, la mixité dans l’animation et le partage des responsabilités est devenu un objectif au sein même de notre Union syndicale.

Solidaires fédère des syndicats et des fédérations de la fonction publique, des entreprises publiques et du secteur privé. Au 1er septembre 2015, elle regroupait cinquante-cinq organisations syndicales professionnelles nationales et structurait des unions locales dans la quasi-totalité des départements.

Son mode de fonctionnement repose sur une volonté partagée de créer une force d’entraide permettant à chaque organisation d’exister avec plus de puissance d’action et d’expression dans le champ syndical global. Il est également marqué par la volonté de mutualiser les moyens, les savoir-faire des uns et des autres, les compétences acquises dans certains domaines, pour en faire profiter l’ensemble de notre Union syndicale.
Le souci de préserver l’autonomie des organisations, de ne pas les déposséder de leurs positions, d’éviter les dérives bureaucratiques et la mise en place de superstructures de plus en plus éloignées des réalités des adhérent-e-s, nous a conduit à essayer d’inventer une autre manière de fonctionner.

Notre Union syndicale défend les travailleurs et les travailleuses en France, quelle que soit leur origine et leur culture, et travaille avec les organisations de jeunes, de chômeurs et chômeuses, de paysans, d’habitants… Elle entretient des relations fraternelles avec de nombreuses organisations syndicales et d’associations à l’étranger pour faire vivre la solidarité internationale.
 

 

 

 
 

Actualités

Cadeaux fiscaux de Macron : action au LVMH de Saint Germain
Samedi 20 mai, 50 militant·e·s d’Attac, du DAL et du collectif « Nos droits contre leurs privilèges » ont mené une action symbolique devant la boutique LVMH de Saint-Germain pour alerter sur le danger des mesures fiscales annoncées par le nouveau Président de la République Emmanuel Macron et l’absence de mesures sociales.
Rassemblement de soutien aux prisonniers en grève de la faim palestiniens
La grève de la faim engagée par 1 800 prisonniers palestiniens à l’initiative de Marwan Barghouti va dépasser son premier mois. Chaque jour qui passe met à présent en danger leur vie. Cette action légitime et non violente est menée pour protester contre les violations de leurs droits humains fondamentaux tels qu’ils sont garantis par le droit international. Victimes de tortures, de traitements dégradants, inhumains et de négligence médicale, ces prisonniers n’ont pas d’autres moyens de défendre leurs droits et de le faire savoir au monde.
Salon du livre antifasciste
Résistances aux droites extrêmes et à l’extrême droite
NON aux JO 2024 à Paris
Nous citoyens et citoyennes, n’acceptons pas que la décision de candidature de Paris aux JO 2024 ait été prise sans nous. Les villes de Boston, Toronto, Hambourg, Rome et Budapest ont renoncé à leur candidature, parfois par référendum ou devant un projet référendaire.
Loi Travail : ON NE LACHE RIEN !
Appel régional commun IdF pour la manifestation du 5 juillet 2016
Le 6 octobre, rassemblons-nous pour exiger l’arrêt de la répression syndicale !
Pendant la grève reconductible de mai et juin derniers, à plusieurs reprises, le Secrétaire d’État chargé des transports et le président de la SNCF ont fustige les grévistes et diffamé la Fédération SUD-Rail et ses représentants. Aujourd’hui, de manière plus sournoise, la direction veut prendre sa revanche en sanctionnant ceux dont l’action syndicale s’oppose à leur politique.
Contre l’occupation turque d’Afrin, la France doit réagir !
Hier, les troupes de l’armée turque et ses supplétifs djihadistes sont entrés dans le centre ville d’Afrin bien que la résistance des forces kurdes se poursuit à proximité. Ce sont désormais les exactions qui ont commencé contre les combattants capturés et les civils accusés de sympathie pour le mouvement kurde. Le gouvernement français doit exiger de la Turquie l’arrêt immédiat de toutes les opérations militaires contre les forces kurdes, le retrait de ses troupes du territoire d’Afrin ainsi que le désarmement des milices djihadistes soutenues par le régime turc.
« C’est l’état d’urgence, tout est permis : Le Medef gouverne, l’État réprime »
Intervention de {{Solidaires}} lors du "{{Cabaret d’urgence}}" organisé le 16 octobre au Théâtre de l’Épée de Bois, à la Cartoucherie, sur le thème « C’est l’état d’urgence, tout est permis : Le Medef gouverne, l’État réprime ».
Nous ne faisons pas partie de la cordée de Macron…
L’Union syndicale Solidaires a été reçue par le Premier ministre, la Ministre du travail et le Ministre de l’éducation ce mardi 17 octobre. Cela a été un moment pour affirmer notre exigence de retrait des ordonnances, d’abrogation de la loi El Khomri, mais aussi notre rejet des restrictions budgétaires qui touchent les services publics et exiger le maintien des contrats aidés, des APL et des fonds du logement social.
APL : pas d’économies sur le dos des locataires !
Le gouvernement a annoncé son intention de retirer 5 euros par mois sur les allocations logements (APL-AL) par ménage à partir du 1er octobre, soit 400 millions d’euros par an. Ce e mesure est injuste car elle touche uniquement les plus modestes d’entre nous, celles et ceux qui ont des difficultés à boucler leurs fins de mois.
Pour les patrons
c’est « merci Macron »
Manifestation contre la casse de la protection de l’enfance
400 licenciements, 5 associations mises à mort dans le Maine et Loire suite à une opération de dumping social. La protection de l’enfance et l’ensemble du social sont dans le viseur. Pour les publics accompagnés et les collègues soyons toutes et tous solidaire.
Projection du film « Retour à Forbach »
Il y a 30 ans, il a fui cette ville pour se construire contre la violence et dans la honte de son milieu. Entre démons de l’extrémisme et déterminisme social, comment vivent ceux qui sont restés ?
Des exilés à la rue occupent la fac de Paris 8
Une occupation par des exilé.e.s à la rue et leurs soutiens est en cours actuellement à l’université Paris 8 à Saint-Denis. Le Gisti soutient leur lutte. En effet, cette initiative se situe dans un contexte où, depuis des années, des milliers d’exilé.e.s sont maltraité.e.s par les autorités et sont contraint.e.s de vivre à la rue.
Sous-traitance illeegale planifiee par entreprise publique SNCF
La Cour d’Appel de Paris examinera les 17 et 18 octobre à partir de 13h30, l’affaire de prêt illicite de main d’œuvres et délit de marchandage, pour laquelle la SNCF et sa filiale ITIREMIA ont déjà été condamnées par la Tribunal de Grande Instance de Paris
Manifestation pour les sans logis
Dans la rue on meurt … Un toit c’est la loi !
Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?
Belleville et Ménilmontant, ces quartiers populaires de Paris, accueillent depuis des siècles réfugié-e-s et immigré-e-s du monde entier. Ces hommes, ces femmes, ces enfants traversent les frontières géographiques, fuyant guerre et misère. Ils retrouvent trop souvent ici des frontières entre les hommes, l’exclusion, le racisme.
Droit à l’avortement en Pologne comme partout !
L’avortement, déjà très restrictif, est menacé d’être totalement interdit en Pologne par le gouvernement très conservateur. Jusqu’à présent, l’avortement était autorisé dans seulement trois cas : quand il existait un risque pour la vie ou la santé de la mère, lors d’une grave pathologie de l’embryon ou quand la grossesse était le résultat d’un viol ou d’un inceste. Si la loi passe, elle exposerait les femmes et adolescentes, comme les médecins et personnels soignants, à une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement !
Quand le « syndicalisme rassemblé » divise la CGT
Il aura fallu attendre que la CFDT se purge progressivement de ses secteurs « gauches » pour que la CGT, dans le contexte de l’effondrement matériel et idéologique du bloc de l’Est, se tourne vers elle en adoptant, en 1995, le concept de « syndicalisme rassemblé ».
Toutes et tous au côté de Loïc de la compagnie Jolie môme
Rebondissement dans l’affaire Intermittents/MEDEF le procès de Loïc est une nouvelle fois reporté !
Contre les LGBTIphobies, nos fiertés !
Plus que jamais, nous devons revendiquer et affirmer nos droits à toutes les identités de genre et à toutes les orientations sexuelles, reprendre la rue, être visibles, résister crânement à toutes les attaques réactionnaires, proclamer haut et fort le droit pour les LGBTI d’exister et assumer avec fierté nos choix de vie, pour faire reculer les LGBTIphobies.
Les projets d’ordonnances de la loi travail XXL : la « libération » pour les patrons, la soupe à la grimace pour les salarié-es !
Quatre pages Solidaires sur les principaux contenus des ordonnances et leurs conséquences néfastes pour les salarié-es.
Une réussite qui en appelle d’autres… pour qu’en 2017 on contre-attaque !
Entre les caisses en bois et le drapeau rouge bien typiques de la Compagnie Jolie Môme, les projecteurs ont éclairé plus d’un secteur en lutte.
Répression(s) : la rue contre-attaque !
Manifestation commune contre la répression sous toutes ses formes : envers les personnes des quartiers populaires, les migrantes et les migrants, les SDF, le mouvement social... et les ZAD.
Nos droits contre leurs privilèges
Lancement le 26 février à Paris de la campagne unitaire "Nos droits contre leurs privilèges" avec une occupation pour reloger des gens et créer un QG du mouvement social.