MENU
      ÉditoActualitésÉvenementsCommuniquésManifestationsRéflexionsRetour sur...SyndicalismeTravail      vendredi 18 janvier

Jeu de (la) loi du non-accueil

  

"Au jeu de l’asile et du hasard, leurs jets de dés déterminant nos vies, nous ne sommes pas leurs pions, nous ne sommes pas des oies".


Face à l’arbitraire, réagissons. Rendez-vous lundi 16 janvier à 18h, devant le camp Hidalgo, pour un parcours du non-accueil grandeur nature. Liberté de circulation et d’installation ! Des papiers et des logements pour tous !

L’Inter-Collectif Parisien de Soutien aux Migrant-es appelle à un nouvel happening militant
lundi 16 janvier à 18H devant le centre du boulevard Ney...

Ce happening a pour but de lancer une série d’actions qui viennent questionner le centre et sa place dans le dispositif du « non-accueil » qui est à l’œuvre sous couvert d’une communication humanitaire :

La mise en place d’un système de tri et de déportation de plus en plus « performant ».
Un jeu de l’oie sera tracé au sol, il sera proposé à des militant.es et/ou passant.es/spectateurs de lancer le dé géant et d’expérimenter « le parcours de l’éxilé.es » de la case Manuel Valls à la case Dublin en passant par les cases OFPRA, CRA et/ou déportation. Les contenus des différentes cases seront imprimés et distribués aux personnes présentes.

Ce happening sera l’occasion de prises de paroles des représentant.es d’associations et d’organisations membres de l’Inter-Collectif Parisien de Soutien aux Migrant.es engagées dans la lutte pour le respect des droits des personnes condition indispensable pour un accueil digne.

Ce jeu sera aussi le support pour donner aux migrant.es présent.es, des informations utiles sur leurs démarches et les risques que comportent pour elles et pour eux ce dispositif du non-accueil.

Enfin il sera le moyen de réaffirmer nos luttes contre les violences policières à l’œuvre depuis plusieurs mois. Aux portes même du centre dit « humanitaire », ces violences font partie intégrante de cette politique du non-accueil, dont le message est « toutes celles et tous ceux qui ne rentrent pas dans le centre humanitaire doivent disparaître » :

Le Centre Humanitaire de Paris, d’accueil et de transit des migrants récemment arrivés est saturé.
Il est saturé depuis son ouverture, plus soucieux de la gestion des flux que de l’inconditionnalité de l’accueil pourtant annoncée par les responsables de la Mairie de Paris. Chaque jour, plus d’une centaine de personnes qui s’y présentent, ne sont pas admises et dorment donc dans la rue, situation d’autant plus intolérable en période de grand froid.
Il est de la responsabilité constitutionnelle de l’État de mettre à l’abri les personnes migrantes.
Non seulement cette mise à l’abri n’est pas assurée, mais ces migrants continuent à être harcelés depuis août et particulièrement depuis une dizaine de jours, par la multiplication de violences policières indignes et scandaleuses : confiscation en pleine nuit de leurs duvets et couvertures, utilisation de la force, de la violence, des gaz et de l’humiliation pour disperser et harceler, celles et ceux qui cherchent un abri.
Il en résulte une grave atteinte à leur intégrité corporelle et par temps de grand froid un risque d’hypothermie. Par ailleurs, cette violence quotidienne se traduit depuis l’évacuation des camps de Stalingrad début novembre, par de nouveaux murs dans Paris faits de grillages : c’est la liberté de circulation de tous, migrants et
habitants, dans l’espace public commun, qui est ainsi prise en otage.
Cette violence illégitime, illégale et odieuse doit cesser ! Il en va de même du « délit de solidarité » comme répression de toutes celles et tous ceux qui humainement s’engagent à les mettre à l’abri et les accompagner dans leurs démarches d’asile, témoignant qu’en France les valeurs d’accueil traditionnelles continuent à être portées par une part importante de la population.
Nous nous opposons à cette politique qui tente de rendre invisible tout sujet migrant ou à la rue et contrevient absolument à la Convention de Genève de 1951.
Il est indigne que des fonctionnaires d’État et des agents de la Ville soient enrôlés dans un « sale boulot » quand ce genre de situation dramatique appelle chacun au devoir de solidarité humaine et au strict respect de l’égalité des droits.
Nous n’acceptons pas d’être les témoins silencieux de stratégies qui ajoutent la cruauté à l’indifférence et dont depuis des mois les réfugiés sont la cible.
Enfin, il nous semble impérieux que face à celles et à ceux qui passent par notre pays ou y demandent refuge, notamment à Paris, répondent des politiques publiques
courageuses qui prennent en compte l’ampleur du phénomène et le traitent avec dignité d’être humain à être humain, pour être à la hauteur de la confiance faite à la France par ceux qui ont tout quitté pour rejoindre un avenir meilleur.
 


L’évènement


Documents à télécharger > Au jeu de l’asile et du hasard

Rendez-vous

19 janvier / 9h30 / 31 rue de la Grange aux Belles
Réunion-Débat "De la démocratie économique vers la démocratie totale"
La récente séquence des Gilets jaunes a mis à nu une aspiration à la démocratie face aux décisions d’un pouvoir dépourvu d’une quelconque assise populaire. Au-delà de la satisfaction de revendications relatives au pouvoir d’achat, une proposition de référendum d’initiative citoyenne semble émerger.
21 janvier / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »
24 janvier /
Contre le fascisme, solidarité avec le peuple brésilien
L’élection de Bolsanaro à la présidence du Brésil est lourde de menaces. Le fascisme, la dictature militaire ne sont pas tombées aux oubliettes de l’histoire ! Mais l’extrême violence envers les femmes, les pauvres, les LGBTQI, la population noire, les sans-logis ou les sans-terre est bien antérieure. Tout comme les énormes inégalités et injustices sociales qui règnent dans ce pays.
29 janvier / 18h30 / 31 rue de la Grange-aux-Belles
Soirée débat festive pour la sortie du livre "Découvrir Solidaires, l’union syndicale"
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’Union syndicale Solidaires sans jamais oser le demander !
1er février / 17h30 / Bourse du Travail de Paris
Permanence « Conditions de travail et santé »
Avec le collectif « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner »

Facebook


Twitter


Actualités

Un salaire pour en finir avec le travail gratuit !
En France comme ailleurs, la tendance est à la baisse des salaires. Depuis une trentaine d’années, on assiste même à la montée en puissance de formes de travail gratuit ou payé en-dessous du salaire minimum. Stages, services civiques et autres emplois-jeunes sont brandis comme des solutions au chômage de masse. En pratique, ils viennent s’ajouter à des formes bien plus anciennes de travail gratuit, en particulier celui assumé par les femmes dans la sphère domestique.
Soirée-débat des Utopiques : Travail, changer tout
« Travail : changer tout », c’est le parti-pris du numéro 9 des Utopiques. Le dossier consacré à cette nécessité se déploie autour de contributions et points de vue différents. Ceux syndicaux et ancrés dans la réalité du travail d’aujourd’hui : des conséquences, sur la vie même des salarié.es, de sa dégradation, des conditions de son exercice, des nouvelles méthodes d’organisation. Il ne saurait être question d’aborder la question du travail sans aborder celle, essentielle, de l’invisibilisation des femmes et le rôle que doit jouer le syndicalisme sur cet enjeu.
Manifestation nationale à Paris contre le projet de réforme de la justice
Les organisations signataires des précédents appels à mobilisation des 9 octobre devant le Sénat, 15 novembre devant l’Assemblée nationale, 12 décembre partout en France dans le cadre d’une journée « justice pour tous » ont préparé conjointement avec le Conseil national des barreaux, la conférence des Bâtonniers et le barreau de Paris un appel pour une grande manifestation nationale à Paris le 15 janvier prochain. C’est à cette date, selon les informations dont nous disposons, que l’examen en séance des projets de loi devrait être repris.
Macron écrit aux français-es... Pour que rien ne change dans la politique du gouvernement
Pour le « débat national », Macron met une condition : N’accepter aucune forme de violence, en considérant que la France est une nation des plus fraternelles et des plus égalitaires. Or, l’accroissement des inégalités subies par un nombre toujours plus grand de personnes est une violence chronique, autrement plus grande et au cœur de la crise sociale et écologique.
Justice pour Sakine, Rojbîn et Leyla, militantes kurdes exécutées à Paris le 9 janvier 2013
Mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan